Les scories, vestiges d’industries métallurgiques anciennes

Les scories sont des résidus de l’industrie du fer.  Ces sortes de « pierres », mélange de roche calcinée et de fer fondu, se forment dans le fond des bas-fourneaux. Il en existe plusieurs sortes.

  • Les « scories coulées » qui comme leur nom l’indique ont coulé en dehors du fourneau lors de la fonte. Elles sont denses et lourdes, plutôt en forme de plaques. Elles sont noirâtres à bleuâtres. Leurs faces supérieures sont lisses, en forme de cordes, les surfaces inférieures sont bien sur grumeleuses, comme le terrain sur lequel elles ont coulé.
  • Les scories non coulées sont celles qui se sont formées dans les fourneaux au contact du fer et de la roche constituant le four. C’est alors un mélange de roche fondue et de fer. Elles sont généralement de formes très irrégulières, et d’une grande diversité de surfaces : elles peuvent être pleines de pustules, de bulles, de zébrures, ou de je ne sais quoi encore. Ce sont donc des sortes de « pierres bizarres » qui, bien que je n’en aie jamais vu, me font penser à des météorites.

Les scories sont de tailles très diverses (quelques millimètres à dix ou vingt centimètres de diamètre). Attention à ne pas les confondre avec certains morceaux de minerai de fer naturel, qui peuvent parfois également prendre des formes et des textures étonnantes.

Sur la can de l’Hospitalet, on trouve des scories en de nombreux endroits (versant nord de la can de Tardonnenche, can de Ferrière comme son nom l’indique, autour de Terre-rouge…) J’en ai toutefois remarqué une densité particulière sur le piémont est et nord du serre de Montgros, ce qui me fait dire qu’il y avait là une importante zone d’industrie du fer. J’ai appris que cette zone avait été prospectée dès l’époque de Louis XIV par un « prospecteur laborieux » appelé De Censanne, qui avait voulu y voir des traces de l’activité des romains ou des Sarrazins. (htvt p.12)

Des scories ramassées dans les forêts de pins noirs au sud-est du serre de Montgros

On date généralement les sites à scories les plus anciens de… l’âge du fer, précisément ! (entre -800 et -100).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.