Géologie et géomorphologie de la can de l’Hospitalet

L’aspect des paysages de la can de l’Hospitalet et des alentours se comprend facilement dès lors que l’on a les bases d’information sur la manière dont elle s’est formée. Il y a 5 millions d’années, à la fin des processus de sédimentation qui ont déposé les calcaires, la can formait un seul et même plateau avec le causse Méjean. Puis les processus d’érosion se sont mis en marche. En s’enfonçant le Tarnon a creusé jusqu’au schiste sous-jacent et un peu au delà une profonde vallée qui a séparé la can du Causse. Côté cévenol, l’érosion a entièrement décapé le calcaire, et la can repose sur les sommets des crêtes schisteuses. La can constitue donc ce que l’on appelle en géologie une « butte-témoin », c’est à dire le fragment d’une couche plus large ayant maintenant disparu.

L’érosion qui est à l’origine de l’individualisation de la can a fonctionné de manière « différentielle », ce qui signifie de manière assez compréhensible qu’elle a attaqué de manière différente les couches rocheuses selon leur résistance. Les couches les plus meubles (marnes, grès, calcaires tendres) sont en quelque sorte en éboulement perpétuel, et donnent naissance à des pentes assez faibles.

Les couches les plus solides (schiste sous-jacent, certains calcaires plus durs) donnent naissance à des replats, que l’on peut par exemple facilement observer tout autour de la can et du causse Méjean, à mi-pente des versants. On les appelle des « ressès ». Ces replats sont importants pour l’homme à plus d’un égard. Le terrain plat a permis d’y installer des hameaux, des cultures, des voies de communication… c’est souvent là aussi que sortent les sources, chassées de sous terre par des couches géologiques imperméables.

Certaines couches de calcaire ont une composition chimique particulière : les ions calcium ont été remplacés par des ions de Magnésium (ne me demandez fichtre pas pourquoi) pour donner un calcaire spécial appelé « dolomie », qui présente la particularité d’être moins soluble que la calcite des calcaires ordinaires. Cette particularité donne naissance à des reliefs très particuliers, les reliefs dolomitiques, à la fois arrondis et dressés vers le ciel, que l’on peut par exemple observer dans les chaos de Nîmes et Montpellier le vieux sur les Causses, et aux alentours de l’Hospitalet sur la can. De nombreuses falaises de bordure de plateau sont également dolomitiques, comme par exemple au dessu de la Baume Dolente pour ce qui concerne la can de l’Hospitalet.

Dolomitiques ou pas, les sommets des versants sont assez systématiquement surplombés de falaises terminales appelées les « couronnes », qui donnent aux plateaux vus d’en bas leur allure de forteresse bien caractéristique.

En certains endroits affleure une couche de « calcaire à chailles » (les chailles sont une sorte de silex), qui présente la particularité tout à fait étonnante pour un calcaire, généralement neutre du point de vue chimique, d’être légèrement acide. Ces zones sous souvent matérialisées dans le paysage par la présence genêts purgatifs, espèce mes milieux plutôt acides en principe absente des plateaux calcaires. L’agriculture a exploité cette différence car les calcaires à Chailles semblent meilleurs pour le Seigle, et les calcaires ordinaires accueillent bien le blé.

Coraux fossiles, traces de dinosaures, captures de rivières, filon de microgranite baladeur… La can de l’Hospitalet est riche de nombreuses autres curiosités géologiques et géomorphologiques !

Carte géomorphologique de la can de l’Hospitalet

La quille de Saint Laurent de Trèves

Le village de Saint Laurent est installé sur un long épaulement rocheux qui se détache de la Can à proximité ...
Lire

La formation de la can de l’Hospitalet

A partir de quelle époque peut-on parler de Can ? La question est moins évidente qu'il n'y paraît. Avant le ...
Lire

Sols polygonaux sur la Can de L’Hospitalet

En 1960, P. Marcelin et P. Rutten signalent l'existence, sur la Can de l'Hospitalet, de sols polygonaux, ou polygones de ...
Lire

La can de schiste

La can de l'Hospitalet est, par définition même, un plateau constitué de calcaire, posé sur le schiste sous-jacent. Effectivement, pour ...
Lire

Le filon de micro-granite du nord de l’Aigoual

A force de parcourir ce site, vous l'aurez définitivement compris : la can de l'Hospitalet est une plaque de calcaire ...
Lire

Les tétines de Balmegouse

Quelques dizaines de mètres au dessus de la ferme de Balmegouse, au pied du versant sud de la can des ...
Lire

Les terra rossa, ou « Terres rouges »

Au moment des labours sur les causses et la can de l'Hospitalet, la terre rougeâtre qui permet la culture attire ...
Lire

La mer de chailles

Les chailles sont des rognons siliceux proches du silex. En l'absence de véritable silex elles ont parfois été utilisées par ...
Lire

Les chailles, silex du pauvre

Photo d'en-tête :Des blocs de chaille à côté d'un genêt purgatif,qui témoigne de l'acidité relative du sol malgré le calcaire ...
Lire

Les fossiles de la can de l’Hospitalet

Je ne suis pas, mais alors pas du tout spécialiste des fossiles. Je ne sais pas les identifier, tout au ...
Lire

Les coraux fossiles de la can de l’Hospitalet

La can de l'Hospitalet, comme tous les causses, est constituée de calcaire. Ce calcaire est formé par l'accumulation de squelettes ...
Lire

La capture du Valat de Baumoleïro

A environ 500 mètres au nord de l'Hospitalet, la route longe à main droite une dépression peu profonde. C'est le ...
Lire

Arche de grès au dessus de la plaine du Pesquié

Petite curiosité géologique, cette arche est située dans les premières couches de grès posées sur le schiste de la plaine ...
Lire

Joli plissement géologique dans la combe au dessus de l’Oultre

Dans le bel ordonnancement des couches de calcaire, sagement et horizontalement empilées sur le rebord du vallon, il y a ...
Lire

Les limonites et les nodules ferreux de la can de l’Hospitalet

Les sols calcaires de la can de l'Hospitalet sont relativement riches en fer. Ce fait est connu depuis très longtemps ...
Lire

La karstification

Le terme de karst désigne une structure géomorphologique qui résulte de l'érosion hydrochimique et hydraulique de roches solubles, et en ...
Lire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *