Le chemin muletier Alais – col du Rey

L’itinéraire

Au départ d’Alès (à l’époque : Alais), cette piste muletière rejoint l’abbaye de Cendras. Puis elle suit la vallée du Galeizon pour atteindre Saint Paul la Coste et ensuite Mandajors. Là elle devient un sentier de crête plus ou moins calqué sur une draille (la vieille morte). Elle descend alors dans la vallée du Gardon et arrive à Saint-Etienne Vallée Française. C’est alors un nouveau chemin de crête passant au dessus de Saint-Martin de Lansuscle qui débouche au plan de Fontmort, traverse la can de Barre jusqu’au village de Barre, puis monte sur la can au col du Rey et à Terre-rouge, où elle fusionne avec l’itinéraire d’Anduze au col du Rey.

La transformation en chemin royal

Cette piste muletière est intégrée à la fin du XVIIème siècle dans le système des chemins royaux des Cévennes.

Dès 1684 l’intendant Daguessau prévoit pour l’aménagement de la section entre Mandajors et Saint-Etienne 19 744 livres et pour celui de la section entre Saint-Etienne et Barre 5 178 livres.

En fait l’intégration donne lieu à plusieurs itinéraires juxtaposés.

D’abord d’Alais à Saint-Etienne Vallée-Française ou à Saint-Germain de Calberte. Un premier projet prévoit en 1684 un itinéraire allant d’Alais à Saint-Etienne. Il passerait par Cendras, la vallée du Galeizon, Bayssac, Mandajors. le Pereyret et la Vieille Morte avant d’arriver à Saint-Etienne. Sa mise en place est un échec. Les adjudicataires abandonnent les uns après les autres devant les difficultés rencontrées.

En 1689/1690 c’est un deuxième tracé qui est choisi avec un devis de 13 000 livres. Première nouveauté : on rejoint la Vieille Morte par Saint -Paul la Coste, Careneuve et Mandajors. Deuxième changement: on franchit le Gardon au pont de Burgen et par un chemin de crête on atteint les Molhes et Saint-Germain de Calberte.

Une bretelle par le pont de Nirgas sur le Gardon de Saint-Martin assure l’accès à Saint-Etienne Vallée-Française. Reste la deuxième section de Saint-Germain ou de Saint-Etienne à Barre.

A partir de Saint-Etienne on retrouve le chemin de crête entre les Gardons de Sainte-Croix et de Saint-Martin. Il débouche sur le Cam à l’ouest de Fontmort et de là on gagne Barre.

A partir de Saint -Germain, on passe par le col de la Pierre Plantée, le versant sud du Mont Mars et le plan de Fontmort. Sur le Cam c’est la fusion avec l’itinéraire précédent.

Après la guerre des camisards, son utilisation devient dérisoire, alors on cesse de l’entretenir. Il devient de moins en moins praticable, si ce n’est pour les piétons, les cavaliers et les troupeaux se rendant aux marchés de Barre, de Saint-Etienne ou de Saint-Germain…

(crd p.14)

La ferme – relai du col du Rey

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.