Eléments d’histoire de Saint Laurent de Trèves

Dans cette page je mets de petits éléments d’informations épars lorsque j’en trouve au gré de mes lectures. Elle sera sérieusement étoffée et organisée… un de ces jours !

Sans pouvoir affirmer qu’il n’était pas présent plus tôt, on détecte sans ambiguïté la présence humaine à Saint Laurent Village à partir de l’âge du bronze (présence de tessons de cette époque autour du Castelas).  A partir de cette époque il sera présent sans discontinuer.

A l’âge du fer (présence de tessons)

A l’époque gallo-romaine : des tuiles de cette époque ont été trouvées surle castelas, un cimetière gallo-romaine a été identifié dès le XIXème siècle par Mr Bancilhon. Saint Laurent est « suspecté » d’avoir accueilli Tonance Ferréol, ancien préfet des Gaules, considéré parfois comme fondateur de la lignée mérovingienne.

Au haut moyen-âge (présence de tessons).

Plus tard dans le moyen-âge, un château est installé sur le castelas (avant le XIIIème siècle selon les écrits).

En 1364, la peste noire fait comme partout des ravages et ne laisse subsister que 13 feux sur la commune de Saint Laurent.

Les années tristes

En 1690 la commune de Saint Laurent compte 490 habitants : 15 feux catholiques avec 50 âmes et 80 feux protestants avec 40 âmes. Puis la population commence à baisser tout doucement : 393 habitants en 1873 (22 catholiques et 371 protestants), 363 habitants en 1901.

1745 – 1788 : les travaux amènent la route carossable à passer à Saint Laurent (auparavant n’y passait qu’une piste muletière).

Le hameau central ne fait pas exception à cette tendance. En 1879 il compte 50 habitants.

Lors de la seconde guerre mondiale, des républicains espagnols en rupture de ban se sont réfugiés temporairement dans la « grotte des espagnols », petite grotte à plafond effondré qui s’ouvre à l’extrémité occidentale du rocher du Castelas (pcmc).

Depuis 1970 les rares commerces et services ont fermé (école, bistrot…).

En 1995 la population en était tombée à… 1 habitante permanente. Heureusement, dans la décennie qui a suivi, le mouvement est reparti à la hausse : plus de 30 habitants en 2021 (et l’accroissement pourrait bien continuer). Mais presque aucun d’entre eux ne travaillent à Saint Laurent, qui est devenue une sorte de banlieue de Florac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.