Le plateau oriental de la can noire

La can noire se termine, à son extrémité est, par un plateau bien individualisé d’une altitude un peu supérieure au reste de la zone, qui surplombe le village de Barre des Cévennes. Actuellement la surface est est totalement recouverte d’une forêt de pins noirs d’Autriche.

J’ai trouvé dans la littérature le signalement de cupules sur ce site, mais à ce jour je ne les ai pas trouvées.

Sur toute la partie sommitale, on trouve un très grand nombre de buttes, enfouies sous la végétation. Sont-ce des simples clapas, ou y-a-t’il dans le lot des tumulus, à mettre en relation avec l’existence, un peu en dessous, du site du Barret, qui a peut-être accueilli des hommes dès la protohistoire.

Un très long mur de pierre court sur une grande partie de la longueur de la même portion de territoire. Ce mur ne semble pas enclore une portion de prairie à des fins agricoles. Son mode de construction ne m’est pas familier : comme on le voit sur cette photo les pierres sont placées en hérisson : horizontales à la base, puis elles sont redressées progressivement et finalement verticales. De quand date ce mur, avait-il une utilité particulière ?

Le mur en hérisson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.