Les débris de schiste et de quartz sur la can de l’Hospitalet

Le schiste et le quartz sont des roches tout ce qu’il y a de plus naturel, et en trouver au sol n’est pas étonnant… sauf quand on se trouve sur un terrain composé d’une autre roche, comme le calcaire de la can de l’Hospitalet ou des Causses. Et effectivement, l’une des choses frappantes sur la can est la quantité incroyable de petits débris de schistes et de quartz que l’on peut trouver sur quasiment toute la surface du plateau. Les géologues nous expliquent qu’une partie de ces pierres (en particulier les plus petites, d’un diamètre maximum de quelques centimètres) a pu, par un processus normal de transport aquatique, être amené par les paléorivières depuis les massifs cristallins qui surplombaient la can il y a quelques dizaines de millions d’années, la plupart sont trop gros et trop isolés de toute trace de courant aquatique, pour que cette explication puisse convenir. Il faut donc logiquement en conclure qu’ils ont été amenés par l’homme des périodes plus récentes.

Le schiste est depuis toujours (enfin, depuis que l’on fabrique des maisons en dur) utilisé pour fabriquer les toits des bâtiments. Il est pratique car il se délite en lauzes souvent plus fines, donc moins lourdes, que le calcaire, et permet de faire des charpentes plus légères.

A proximité des lieux d’habitations actuels ou passé il est normal de trouver trouver du schiste, qui a été amené à dos de mulet ou en charrette depuis les carrières des environs. Mais on trouve également du schiste et du quartz dans des endroits très isolés, qui n’ont jamais accueilli de bâtiments, de mémoire d’homme, comme par exemple sur les corniches de puech vendut.

A quoi donc pouvait servir ce schiste de si important que cela justifie d’en monter des dizaines, des centaines de tonnes à dos d’homme depuis la vallée ? C’est une des grandes questions que je me pose sur ce territoire, si quelqu’un peut m’aider à y répondre ?

Le quartz, quant à lui, pouvait fournir des outils très rudimentaires une fois brisé en morceaux aux arêtes vives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :