Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources

Les chemins de la farine

Jusqu'au milieu du XXème siècle, les villages situés à la périphérie des causses utilisaient les plateaux de manière beaucoup plus "intensive" qu'aujourd'hui. A chaque hameau d'habitation, situé dans le fond de la vallée, correspondait un hameau d'estive, situé à peu près au dessus, sur le rebord du plateau. Ce hameau d'stive était constitué d'une ou plusieurs "jasses" ou "jalses", sortes de bâtiments à tout faire, mi-bergerie mi lieu de stockage de foins, mi lieu d'habitation temporaire.

Dès que la belle saison s'annonçait, les hameaux d'altitude se mettaient à vivre. Des gens montaient s'y installer pour être à pied d'oeuvre de tout ce qu'il y avait à faire là-haut : semer et récolter les céréales, gérer les petits troupeaux (brebis, vaches, etc...) de production autarcique, traire les bêtes et faire un peu de fromage. De ce fait, s'organisait entre les hameaux de vallée et d'estive un traffic régulier pour monter des matériaux de construction, de la nourriture... et redescendre les denrées produites. Chaque hameau avait aménagé son propre chemin pour rejoindre l'estive au plus direct. On appelle parfois aujourd'hui ces itinéraires les "chemins de la farine", en référence bien sûr à la farine de céréales qu'ils permettaient de redescendre dans la vallée. Mais il est possible que ce nom soit une invention récente, et à ce jour je n'ai pas entendu d'autres dénominations.

Toujours est-il que ces chemins de la farine, appellons-les comme ça pour l'instant, constituent de formidables réalisations techniques pour les populations peu outillées qui les ont réalisés. Depuis les hameaux inférieurs sont généralement situés vers 600 mètres d'altitude, ils commencent par monter de manière relativement aisée vers le "Ressès" (ce replat qui court à mi-pente du causse Méjean et de la can de l'Hospitalet au dessus de la vallée du Tarnon). A partir de là, les choses se corsent car la pente augmente considérablement et laisse bientôt place à une "couronne", falaise de dolomie plus ou moins continue. Les chemins de la farine se transforment alors en chemins suspendus aux innombrables virages pour réussir à franchir l'obstacle en se faufilant entre les énormes tours calcaire.

Certains de ces itinéraires sont restés "muletiers", mais la plupart ont été aménagés de manière à permettre le passage de charrettes. Ils sont alors larges et très soignés dans leur facture, entièrement "caladés" (leur surface est constituée de pierres à champ les unes contre les autres). Un travail colossal, qui n'a probablement pu se réaliser qu'étalé sur un grand nombre de générations.

Dans la vallée du Tarnon, les chemins de la farine sont très nombreux côté Causse Méjean. Entre Florac et le col du Perjuret on en trouve à Croupillac, au Mazel, à Vernagues, à Salgas, à Racoules, à Vébron-la Labrède, aux Vanels et à Fraissinet de Fourques. 8 en 16 km, un tous les deux km en moyenne !

Côté Can de l'Hospitalet, la situation est légèrement différente : de nombreux chemins montent à l'assaut du plateau, mais il est relativement rare de trouver des hameaux d'estives à leurs sommets. Cette différence repose, d'après-moi, sur deux raisons.

Tout d'abord, côté can les hameaux inférieurs sont directement installés sur le ressès, vers 800 mètres d'altitude, alors que les hameaux du pied du Méjean sont installés largement sous le ressès, vers 700 mètres d'altitude. Le plateau lui-même est aux alentours de 1000 mètres, contre 1050 voire 1100 pour le causse. La dénivelée résultante n'est que de 200 mètres environ, contre parfois 400 côté causse. Il était donc plus facile de redescendre dormir au hameau plutôt que rester là-haut.

Et puis il y a le fait que beaucoup de hameaux côté can avaient une population plus faible. Quelques petites dizaines d'habitants contre parfois une centaine ou plus "en face".

Citons tout de même quelques beaux itinéraires pour monter sur la can : le chemin de la Rouvière à la can de Tardonnenche, la "voie royale" constituée par l'ancienne Draille de Margeride, de Tardonnenche au col de vache, la montée d'Artigues, la montée vers le Col de Solpérière par le hameau de Broussous, celle de Rousses vers Peyrebesse. Côté vallée Borgne, le splendide chemin de bassurels à la ferme des Crottes. En vallée française, la mntée du Crouzet à Bézuc. Côté Mimente enfin, la montée de Ventajols. Autant de super balades à faire, durant lesquelles on passe d'un fond de vallée encaissé à des horizons illimités.

16/10/2010
Le chemin d'estive de Racoules
A lire dans cette rubrique
Le chemin d'estive de Racoules.
Comme tous hameau de la vallée du Tarnon qui se respecte, Racoules a son chemin d'estive. Celui-ci est particulièrement impressionnant.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages