Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Cévenne vivante
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Généralités
Vie
Gens
Coins
Balades
Récits
Art
Rubrique : Balade

Le chemin d'estive de Racoules

Comme tous hameau de la vallée du Tarnon qui se respecte, Racoules a son chemin d'estive. Celui-ci est particulièrement impressionnant. La première partie de la montée est malheureusement très abimée. Le chemin disparaît parfois presque sous les ronces, à tel point que des "raccourcis" montant tout droit ont été aménagés pour s'embêter le moins longtemps possible. Les choses s'améliorent un peu lorsque le chemin se lance à l'assaut de la falaise, au dessus du ressès. Il est alors intégralement empierré, souvent soutenu par des murs de bonne hauteur. Les lacets s'enchaînent à un rythme extrèmement serrés, chaque court virage permettant de gagner quelques mètres sur la pesanteur. Lorsque le chemin atteind enfin les sommet des piliers de dolomie, les choses se calment, les courbes se font plus molles, et on pénètre peu à peu dans le vallon supérieur du "ravin du bègue". Après quelques centaines de mètres d'un chemin à la pente douce, on pénètre dans une sorte de petit paradis oublié. Autour de quelques bâtiments d'estive en ruine qui racontent encore la vie active qui régnait ici, des arbres fruitiers abandonnés depuis longtemps donnent encore (quelques) fruits à moitié ensauvagés. Les couleurs d'automne prennent ici des teintes particulièrement nostalgiques, âmes sensibles s'abstenir.

Si vous avez le courage de monter encore d'une centaine de mètre, le vallon intime laissera brutalement place aux immensités désertiques et venteuses du Causse, ces espaces que les habitant du lieu s'occupaient  justement d'exploiter. Un contraste saisissant.

Sur le bord du chemin, quelques centaines de mètres avant d'arriver aux maisons, une belle petite grotte à double entrée complètera l'intérêt de la longue marche que nécessite l'accès à ces lieux. Il est aussi possible de redescendre par le chemin de Salgas, à quelques centaines de mètre plus au nord.

16/10/2010
Au dessus d'Espinard Le chemin de Mitterrand
A lire dans cette rubrique
Gargantua et compagnie ... Un peu de géomorphologie légendaire sur les Causses !.
Pour ceux qui viennent de plats pays, les paysages tourmentés des causses et des gorges ne sont pas sans étonner, attirer ou parfois effrayer...
L'aven des Corneilles.
Pourquoi aller à l'aven des Corneilles ? Pourquoi là plutôt qu'à l'aven Armand, son illustre voisin ?
L'enceinte protohistorique de la Rode à Drigas.
L'enceinte protohistorique de la Rode est la plus belle des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'enceinte protohistorique de la Tourelle.
L'une des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles est situé à une quinzaine de mètres sous la surface du sol. Pour l'atteindre il faut descendre une rampe assez raide.]
La balme de Fraissinet de Fourques.
La balme de Fraissinet de Fourques
La grotte bègue.
Une petite grotte à double entrée s'ouvre sur le bord du chemin, en haut du vallon du Bègue.
La grotte de Cros - Paillo.
Sous le chemin d'estive de Salgas, tout près de déboucher sur le causse, s'ouvre une belle grotte
La grotte de Nabrigas.
La grotte de Nabrigas
Le causse de Sauveterre.
Le causse de Sauveterre
Le causse Méjean, point culminant de la Terre à l'époque Protocambrienne.
Le Causse Méjean serait le relief résiduel d'un colossal sommet de 17000 mètres d'altitude.
Le château de Blanquefort, repaire de brigands idéal.
Pour une fois, je m'attelle ici à décrire une destination touristique tout à fait homologuée. Le château de Blanquefort dispose en effet de son étoile rouge sur la carte IGN au 25.000ème. Ceci atteste la présence d'un site remarquable, mais aussi probablement de son accessibilité en voiture !
Le chemin d'estive de Racoules.
Comme tous hameau de la vallée du Tarnon qui se respecte, Racoules a son chemin d'estive. Celui-ci est particulièrement impressionnant.
Le clapas-bergerie d'Espinard.
On dit que beaucoup de clapas ont été édifiés sur toutes sortes de choses intéressantes, comme par exemple des tumuli, ou des ruines diverses. Mais parfois, il est difficile de dire qui a recouvert quoi.
Le frère du guerrier, un tournage sur le Causse.
Le frère du guerrier est un film de Pierre Jolivet qui est sorti en 2002, et dont l'action se passe au XIIIème siècle sur le Causse de Sauveterre.
Le Mont Gargo.
Le Mont Gargo est le point culminant du Causse Méjean.
Le rocher de la table.
Le rocher de la table
Le Tarnon.
Le Tarnon est un cours d'eau trop mal connu. Né au pied de l'Aigoual, il se jette dans le Tarn après une trop courte existence.
Les badlands d'Ispagnac.
J'a-do-re les paysages secs et érodés. Comme dans les westerns. Les "arroyos" (lits de petites rivières temporaires), les strates de roches acérées qui émergent de la terre craquelée, tout ça.
Les baumes chaudes.
La grotte des baumes chaudes est un endroit étonnant. Dans cette grotte facile d'accès, située sur le rebord sud du Causse de Sauveterre près du célébrissimme "point sublime" des gorges du Tarn, ont été trouvés des dizaines de crânes préhistoriques trépanés datant d'il y a plusieurs milliers d'années
Les gorges du Tarn.
Les gorges... Deux entailles dans le calcaire, qui donnent au Causse Méjean son caractère d'île, isolée du reste du monde. Les gorges sont le trait d'originalité qui, par contraste, donne tout son sens aux immensités désertiques des Causses.
La vallée du Tarnon.
La vallée du Tarnon marque la bordure est du Causse Méjean.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages