Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Recherche sur le siteNouveau sur le site

A propos du site "Rêve éveillé"

Rêve éveillé est une sorte de nébuleuse, constituée d'un ensemble de sites thématiques concernant des passions, et d'autres sites au contenu plus général ou personnel... Le seul point commun de tout ça est que ça me concerne de près ou de loin, moi Marc Lemonnier. C'est donc ma page perso, voilà.

Mais pourquoi "Rêve éveillé", me demande-t-on parfois ? Cette expression désigne en effet un outil thérapeutique qui, pour un nom initié comme moi, ressemble à l'hypnose. Rassurez-vous, je n'ai pas la prétention de soigner qui que ce soit avec le contenu de ce site. Tout simplement, ça ne m'allait pas de l'appeler "La page perso de Marc Lemonnier". Et l'expression "rêve éveillé" me semblait décrire d'assez près les états intérieurs qui sont les miens. Ceci au grand bonheur parfois, mais plus souvent au désespoir des gens qui m'entourent (voire de moi-même) car il n'est pas toujours facile de compter sur un rêveur. Ca fait 40 ans que j'essaie de m'organiser dans ma tête mais ça n'avance pas vite...

"Rêve éveillé" ne s'est pas construit en un jour, et je ne sais pas toujours ou ça va, mais ça avance un peu tout le temps. Voilà comment tout a commencé.

J'ai commencé à bidouiller les sites web en 1995. C'était pour les besoins de mon boulot d'alors (animateur dans un réseau associatif, et entre autre chargé par moi-même de sensibiliser les membres à internet), mais ça m'a vite passionné. Pas pour les aspects techniques mais pour la richesse de contacts que ça apportait.

Curieusement, pendant plus de 7 ans et tout en ayant accompagné la création de plus de 60 sites web d'associations, je n'ai jamais pensé à utiliser cet outil pour faire un site perso. Il a fallu pour cela que je quitte en 2001 mon travail associatif et que je devienne musicien professionnel pour ressentir le besoin de créer un site dans lequel je parle de ce que je fais en musique. C'est le site "Marc Lemonnier, musicien", mis en ligne dans une version squelettique en 2002.

De mon métier d'avant, j'avais cru comprendre qu'un site web purement promotionnel, qui se contente de décrire les "produits" d'une entreprise en vantant leurs mérites, n'intéresse que bien peu les internautes. J'ai donc commencé à écrire dans ce premier site d'une manière un peu plus personnelle, en abordant mes envies, mes démarches musicales, mes méthodes d'enseignement.

Rapidement, j'ai constaté, ce qui ne m'a guère étonné, que les parties du site les plus consultées étaient celles proposant une information pouvant être directement utile au lecteur, à savoir mon expérience de fonctionnement de groupe de musique et ma démarche d'écriture musicale, que je décrivais assez précisément. Suivant le vent, je commençais à étoffer ces rubriques qui devinrent bientôt beaucoup trop grosses et déséquilibrées. J'en fis mon second site web : "Créer et jouer de la musique", qui devient en 2007 "Etre musicien". Les retours furent rapides en riches, et me permirent de nouer beaucoup de contacts passionnants.

Puis, un jour, en fouillant dans de vieux dossiers d'archives oubliés depuis longtemps au fonds d'un placard, je dénichais un vieux document que j'avais écrit bien des années auparavant pour servir de support à de petits stages de musique verte que j'encadrais alors. J'y jetais un coup d'oeil à peine intéressé, et constatais avec surprise qu'il était finalement assez riche. Je me demandais comment lui donner une seconde vie au lieu de le laisser retourner à la poussière... La réflexion ne fût pas longue, il donna lieu à un troisième site : Musique verte.

Le nouveau succès de cette opération me poussa à réfléchir, cette fois de manière plus structurée, à tout ce que j'avais créé dans ma vie et que je pourrais transformer en site Web pour transmettre. Il y eut d'abord "Fabriquer et jouer de la flûte de pan" (j'ai été fan de musique des Andes et je joue de cet instrument depuis que j'ai 7 ans). Plus récemment, début 2004, j'ai pris conscience que les centaines de partitions que je crée avec mon ordi sous forme de fichiers MIDI (soit pour jouer avec mes groupes, soit pour les besoins de cours de musique) constituaient une énorme richesse. Ca m'a demandé un peu plus de travail, mais le site "Musiques du monde" (mes noms de site sont tous très originaux) est né comme ça. Il deviendra en 2007 "Musiques à partager", c'est aujourd'hui la rubrique la plus consultée du Rêve éveillé.

En parallèle, j'ai démarré deux sites plus intimes dans lesquels je parle de deux passions qui occupent mes esprits presque à temps plein. Ce sont "La montagne tranquille", et "Cévenne, Cévennes", devenu "Cévenne vivante" en 2007.

A ce stade, j'ai commencé à réfléchir les choses un peu différemment. En gros, j'avais un site professionnel ou je parlais de moi et de mes groupes de musique, et un certain nombre de sites dans lesquels je livrais des infos ou des données utiles ou faites pour être agréables. Je constatais bien sûr que cette dernière catégorie était énormément plus attractive que la première. J'ai pourtant fini par comprendre que tous ces sites constituaient bien, pourtant, une sorte de vitrine de mes activités et de moi-même, et que leur existence était susceptible d'intéresser des gens à mon travail alors même qu'ils n'étaient pas venus pour ça.

Encore mieux, je constatais que le fait de se livrer un peu, comme j'aimais de toute façon le faire, était une vraie manière de lier un contact avec le lecteur de passage, même si celui-ci est à la recherche de quelque chose de très technique. Et une fois le contact lié, cette personne peut très bien en venir à s'intéresser à mon activité professionnelle, et pourquoi pas à faire appel à mes services, ou à me mettre en contact avec quelqu'un qui le pourra... J'ai d'ailleurs créé une page spéciale, dans laquelle je propose à ceux qui en auraient envie de me rendre un petit service s'ils ont tiré bénéfice ou plaisir de leur visite... C'est le lien "Si ce site vous a été utile..."

Ce site est donc devenu, avec le temps, une sorte d'univers mêlant du personnel, du professionnel, de l'intime et du technique, du promotionnel et du désintéressé... C'est peut-être ça, pour moi, la réelle nouveauté d'Internet : cet outil me permet de décloisonner les choses, de jouer sur tous les tableaux, sans chercher forcément une logique que de toute façon le visiteur ne partagerait pas forcément...

Vers 2005, une nouvelle passion émerge, liée aux Cévennes mais plus locale encore : la découverte historique, préhistorique, archéologique du petit territoire qui entoure mon village. Comme d'hab', un site est mis en ligne : la Can de l'Hospitalet. Mais cette fois, c'est une sorte de manuscrit en écriture permanente, avec beaucoup d'infos en provenance de sources diverses, parfois non vérifiées... peut-être donnera-t-il lieu à une publication papier d'ici quelques années ?

Début 2007, Frontpage, le logiciel que j'utilise depuis 8 ans, est abandonné par son concepteur Microsoft. A cette époque, le site compte environ 1500 pages. Leur gestion en statique est devenue un calvaire, surtout pour moi qui ne m'intéresse pas du tout aux aspects techniques de la création de sites web, si ce n'est pour me faciliter la tâche d'écriture et de maintenance. Je bascule donc vers un nouvel outil (ASP.NET et SQL) qui permet de codifier mes informations sous forme de bases de données, à partir desquelles sont créées les pages du site. J'y passe des centaines, des millieurs d'heures, c'est épuisant ! D'abord parce que la technique a gigantesquement évolué en quelques années, je dois tout réapprendre. Mais aussi parce que, comme d'habitude, le fait de me préoccuper de la forme me replonge inévitablement dans le fonds. J'ai envie de tout reprendre, de tout rédiger d'une manière qui correspond mieux à mon instant présent. Et me voilà, des mois durant, parcourant malgré moi ma vie du regard pour m'en faire une nouvelle idée, une nouvelle vision d'ensemble. J'y vois des choses que j'aime, et des choses qui me déplaisent aussi. Je vais avoir du travail. Hé oui, c'est une drôle d'aventure, une page perso, ça peut faire vraiment avancer sur soi-même, comme une sorte de thérapie.

En 2009, le site m'apporte une part non négligeable des contacts professionnels qui me permettent de pratiquer mon métier de musicien en survivant à la destruction lente mais inéluctable du statut d'intermittent du spectacle. Si j'avais imaginé que cette aventure me rendrait un jour de tels services ! Ceci dit, tout n'est pas rose, loin de là. Ce relatif succès me met sur les épaules une sorte de pression, complètement débile, mais que je n'arrive pas à relativiser : et si ça retombait ? Et si moins de gens venaient voir ce qui se passe chez moi ? Envie, besoin qu'on me regarde, qu'on me lise. Dictature de l'égo. Me voilà du coup en permanence en train de consulter frénétiquement les statistiques de fréquentation. Qui vient ? Quelles pages sont les plus consultées ? Comment en améliorer encore l'attrait pour augmenter l'audience. Audience, audience, audience, je n'ai plus que cette préoccupation en tête. La transcription et la publication des événements ou des morceaux prend le pas sur les événements ou les morceaux. Le site devient plus important que la vie. Une fois, deux fois, trois fois par jour je consulte les stats.

Fin 2010, je me désabonne des services de statistiques. Ouf.

04/03/2009
A lire dans cette rubrique
Si vous voulez aider Rêve Eveillé.
Si votre passage sur Rêve éveillé vous a été utile ou agréable, et que vous voulez soutenir
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages