Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources

La migration saisonnière des animaux sauvages avant l'histoire

L'appel du ventre

Bien qu'on ne dispose pas à ce jour de traces tangibles d'un tel phénomène, plusieurs historiens émettent l'hypothèse que la transhumance, aujourd'hui menée par l'homme, n'a pourtant pas été initiée par l'homme, mais par les animaux eux-mêmes. L'homme n'aurait en quelque sorte fait que suivre un mouvement naturel. L'hypothèse n'a rien d'extravagant : en un certain nombre de régions du monde, les caractéristiques locales du climat et la nature des sols engendrent durant la saison estivale une sécheresse suffisante pour rendre rares, voire inexistantes, les deux matières premières fondamentales de l'alimentation des herbivores, à savoir l'eau et -par conséquent- l'herbe. Or, c'est un phénomène bien connu, au sein d'une même aire climatique les précipitations sont presque toujours beaucoup plus abondantes sur les massifs montagneux qu'ailleurs. En été, les zones montagneuses constituent donc des sortes d'oasis pour les régions arides. Il semble raisonnable d'imaginer que depuis longtemps, les herbivores sauvages de ces régions ont recherché, à chaque période de l'année, le meilleur site de nourrissage : la plaine durant l'hiver, car le sol (et donc la végétation) y est moins souvent couvert de neige, l'eau y est moins souvent gelée, et la montagne l'été, car l'herbe y est plus abondante et les rivières plus fournies. Les herbivores sauvages auraient donc pu naturellement prendre le chemin de la montagne au printemps, sans avoir besoin d'être guidés par l'homme. Cette hypothèse passionnante, dès lors qu'on l'explore, génère tout un tas de questions nouvelles : quels animaux ? a quelle époque ? par quels chemins ?

Quels animaux ?

Les ovins ont sans doute été naturellement disposés à la migration saisonnière. Ils ont une mâchoire inférieure conformée de manière à pouvoir tondre l'herbe jusqu'au ras du sol. S'ils restent trop longtemps au même endroit, ils détruisent totalement la couche herbeuse, et doivent se déplacer pour trouver de nouvelles sources d'alimentation. Inversement, en se déplaçant, ils ont la capacité de pouvoir se nourrir même si la couche herbeuse est relativement rase. Ces caractéristiques leurs permettent donc d'effectuer de longs déplacements tout en se nourrissant. Les bovins, au contraire, ont besoin d'une herbe abondante et vigoureuse, et auront beaucoup plus de mal à la trouver en déplacement, d'où une transhumance bovine beaucoup plus rare.

A quelle époque ?

Cette question est plus complexe qu'il n'y paraît, car durant les dernières centaines de milliers d'années, le climat a beaucoup varié, alternant des périodes glaciaires avec des interglaciaires plus chauds. On peut supposer que durant les périodes glaciaires les animaux avaient intérêt à rester toute l'année le plus bas possible en altitude (même dans les régions non couvertes par une glace permanente), la nécessité de monter vers la fraîcheur ne réapparaissant que durant les interglaciaires. Il aurait donc pu y avoir plusieurs cycles d'apparition / disparition de la migrations saisonnière des herbivores en fonction des cycles de glaciations. Si l'on applique cette hypothèse au cas qui nous intéresse, les premières migrations animales ayant donné naissance à la transhumance sous sa forme actuelle auraient pu démarrer progressivement suite à la fin du dernier épisode glaciaire (Würm), donc vers -10.000 ans ou après. A noter qu'à cette époque, les ovins n'existent pas encore dans le sud de la France. ???

Par quels chemins ?

Au vu de la lenteur du réchauffement climatique en fin de glaciation, les choses se sont sans doute faites très progressivement. Il ne faut pas imaginer qu'un jour, un immense troupeau s'est rassemblé au pied des montagnes pour s'ébranler d'un seul mouvement vers les hauteurs, traçant ainsi une voie unique. Sans doute quelques animaux ont-ils commencé à parcourir les versants, remontant chaque années un peu plus haut. La température continuant à monter, l'altitude a dû faire de même. Une fois sur les premières crêtes, les générations suivantes ont pu prendre le relais vers des endroits encore plus élevés, plus éloignés. Décennies après décennies, siècles après siècles, les passages d'abords ponctuels puis répétés ont ouvert et entretenu des sentiers. Les itinéraires menant de la manière la plus efficace vers les lieux recherchés ont bientôt drainé une plus grande quantité d'animaux. Leurs tracés se sont simplifiés, coupant les inutiles virages créés par les recherches divagantes des générations précédentes, coupant parfois d'un sommet à l'autre. Certains tronçons de drailles, comme par exemple au dessus du Pont de Montvert en direction du Mont Lozère, sont stupéfiants de raideurs : les bêtes n'ont pas cherché la pente douce mais l'itinéraire le plus direct, droit la pente. Sous la pression du nombre croissant d'animaux, les tracés se sont également élargis, véritables tranchées dans les montagnes, visibles de très loin, devenant encore plus évidents et attractifs. Quelques itinéraires majeurs se sont ainsi dessinés, rassemblant bientôt de grandes quantités d'animaux qui ont appris à voyager ensemble. En quelques siècles, des dates de départ se sont précisées, des points de rendez-vous se sont définis, des itinéraires ont pris leurs tracés définitifs... De déplacement purement utilitaire, la migration saisonnière est devenue une tradition ancrée dans la mémoire collective des animaux, intégrant leur instinct même. Aujourd'hui encore les observateurs attentifs de la transhumance remarquent que les animaux parcourent sans aucune hésitation l'itinéraire, même s'ils ne le connaissent pas. Un savoir continue de se transmettre, d'une manière qui nous échappe mais nous émerveille.
29/04/2008
Les traces de dinosaure de Saint Laurent La domestication du mouton
A lire dans cette rubrique
La can de l'Hospitalet avant l'homme.
A partir de quelle époque peut-on parler de Can ? La question est moins évidente qu'il n'y paraît.
La formation de la can de l'Hospitalet et des grands causses.
Avant le jurassique (-200 millions d'années), il n'y a pas de calcaire dans la région. Un vaste bassin existe entre différents massifs cristallins : Aubrac, Margeride, Cévennes, Rouergue... Il est rempli d'eau.
L'émergence de l'homme.
Quelques jalons sur le chemin qui a mené à l'apparition de l'homo sapiens sapiens sur cette Terre
La domestication du mouton.
Le mouton a été domestiqué vers le VIIème ou VIIIème millénaire, au proche orient, à partir d'une espèce locale, le mouton sauvage.
La migration saisonnière des animaux sauvages avant l'histoire.
Bien qu'on ne dispose pas à ce jour de traces tangibles d'un tel phénomène, plusieurs historiens émettent l'hypothèse que la transhumance, aujourd'hui menée par l'homme, n'a pourtant pas été initiée par l'homme, mais par les animaux eux-mêmes.
Le mégalithisme.
Le mégalithisme est une forme d'architecture primitive utilisant d'importantes structures de pierre, dont les principales formes sont les dolmens, les menhirs et les cromlechs.
Le mésolithique.
Le mésolithique (-10.000 à - 6.000 ans) est l"âge moyen de la pierre". La dernière glaciation, très rigoureuse, vient de se terminer.
Le néolithique.
Le néolithique (âge nouveau de la pierre) désigne la période s'étendant entre -6000 et -2500 ans durant laquelle se développe une nouvelle technique de fabrication des objets de pierre dure : le polissage, d'abord utilisé pour les parures puis pour affiner des tranchants, améliorant ainsi l'efficacité des outils.
Le paléolithique.
Paléolithique signifie "Age ancien de la pierre". Cette période s'est étalée de -3 millions d'années jusqu'à - 10.000 ans. Elle débute avec l'apparition du genre "homo" en Afrique
Les premières transhumances.
Vers -10.000 ans ou un peu plus récemment, voilà la situation supposée : dans les zones à tendance aride du pied de certains massifs montagneux (en particulier autour du bassin méditerranéen), des herbivores sauvages (concentrons nous ici sur les ovidés) ont pris l'habitude d'effectuer des migrations saisonnières pour aller chercher des herbages mieux fournis durant la saison sèche.
Les premiers hommes sur la can de l'Hospitalet et en Cévennes.
Aux époques pré et proto-historiques, les Cévennes apparaissent comme un quasi no man's land entre plusieurs zones très richement dotées en traces d'habitats humains : les grands causses et les garrigues
Les traces de dinosaure de Saint Laurent.
Les premiers utilisateurs connus du castelas de Saint Laurent de Trèves sont des dinosaures de l'espèce "grallator minusculus" dont on peut voir les traces sur le plateau.
Stations préhistoriques de la Can de l'Hospitalet et du Causse Méjan (Lozère).
Article écrit par Camille Hugues et Michel Lorblanchet à l'occasion du Congrès préhistorique de France, XIXème session, Auvergne, 1969 (1972)
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages