Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources

Les chemins muletiers de la can de l'Hospitalet et des alentours

Un chemin muletier est un chemin accessible aux piétons, cavaliers, mules, troupeaux... mais non conçu pour permettre le passage de voitures à roues. Il est donc plus rustique qu'une piste carrossable. Ils sont en particulier moins large (les plus importants atteignent 3m35, voire 3m80) et moins plans. Certains ont été créés par les besoins locaux de transit de marchandises, d'autres reprennent des itinéraires de chemins de pélérinages...

Les chemins muletiers sont probablement d'origine très ancienne, peut-être préromaine, voire plus encore pour les premiers, qui ont peut-être vu le jour en même temps que les premières drailles... Ils ont constitué l'essentiel de la trame des itinéraires traversant les Cévennes jusqu'au XVIIIème siècle, et ont fini par constituer un réseau relativement dense qui, à part quelques exceptions notables de pistes carrossable, a seul permis la communication inter et intra régionale au travers des Cévennes.

Plusieurs pistes muletières importantes empruntent naturellement la can de l'Hospitalet pour leur tracé :

Certaines sont plus locales, comme le cadélioc (can - causse)

30/04/2008
Le chemin muletier Alais - col du Rey Le Cadélioc, chemin muletier
A lire dans cette rubrique
Le Cadélioc, chemin muletier.
Le cadélioc était un chemin muletier qui descendant de la can de l'Hospitalet, traversait le Tarnon à Vébron et remontait sur le causse
Le chemin muletier Alais - col du Rey.
Au départ d'Alès (à l'époque : Alais), cette piste muletière rejoint l'abbaye de Cendras. Puis elle suit la vallée du Galeizon pour atteindre Saint Paul la Coste et ensuite Mandajors.
Le chemin muletier Anduze - col du Rey.
Depuis Anduze, un chemin muletier remontait la vallée du Gardon par Saint Jean de Gardonnenque. Peu après ce dernier bourg, à pied de côte, il gravissait au pris d'une forte rampe le versant de l'échine schisteuse séparant la Vallée Borgne du Valfrancesque.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages