Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources

Les parachutages clandestins sur la can de l'Hospitalet durant la seconde guerre mondiale

Dès 1942 de nombreux petits maquis se créent en Lozère et plus particulièrement en Cévennes. Cette densité est due au terrain accidenté propice à la dissimulation, et à une culture déjà ancienne de résistance à l'oppression. Des camisards aux maquisards... l'analogie a souvent été relevée.

Ces maquis sont généralement des petits groupes, assez peu reliés entre eux et assez disparates. Je n'ai pas encore bien tout compris sur ce sujet complexe qui fait intervenir beaucoup de sigles : FTP (Francs-Tireurs et Partisans), FFI, CFL (Corps Francs de la Libération), CNR, MOI (Main d'oeuvre Immigrée, groupe du parti communiste né dans les années 20 qui a pour but l'intégration des étrangers dans la société française)... Ce que j'ai retenu, c'est que tous ces groupes ou réseaux ont des méthodes de "travail", des tendances politiques et des objectifs immédiats ou à long terme très divers... Il y a parfois des divergences de vues qui ne facilitent pas toujours la franche collaboration (si je puis me permettre ce terme).

Tous ces groupes manquent cruellement d'armes et demandent une aide logistique à la France libre. Mais aucun parachutage n'est accordé ni par Londres ni par Alger durant l'année 1943, alors que plusieurs terrains ont été homologués en Lozère. Il y a des tensions à ce sujet. Voyant que des parachutages sont effectués ailleurs et au profit d'autres organisations (par exemple à un maquis naissant de l'ORA au nord du Vigan), les FTP accusent le Conseil National de la résistance d'attentisme, et prétendent que les armes qui sont livrées le sont non pas pour préparer le jour J mais pour tirer sur les communistes une fois le jour venu... Les autres protestent... Bref, l'ambiance n'est pas très bonne.

En Lozère, malgré le grand nombre de terrains homologués, les premiers parachutages n'auront lieu qu'en 1944, surtout dans les semaines qui ont précédé et suivi le jour du débarquement, afin que les groupes locaux aident à désorganiser l'armée allemande.

Sur la can de l'Hospitalet ou à proximité immédiate, trois sites de parachutage ont été repérés puis homologués :

  • Balzac, sur la can de l'Hospitalet proprement site (il ne sera jamais utilisé pour des raisons de concurrence entre les divers maquis),
  • Quincaille, sur la can de Ferrière, probablement le plus utilisé (20 parachutages au moins)
  • Tribunal, dans le vallon de la cure, à l'est de Quincaille, au nord de Barre des Cévennes.
19/04/2008
Balzac, terrain de parachutage clandestin en 1944 Tribunal, terrain de parachutage clandestin à Barre des Cévennes en 1944
A lire dans cette rubrique
Quincaille, terrain de parachutage clandestin sur la can de l'Hospitalet en 1944.
Quincaille est l'un des 3 terrain de parachutage d'armes homologués pour le parachutage d'armes durant la seconde guerre mondiale sur la can de l'Hospitalet et aux alentours.
Balzac, terrain de parachutage clandestin en 1944.
"Balzac" était l'un des 3 terrains de parachutage homologués par les instances de la résistance durant la seconde guerre mondiale sur ou à proximité immédiate de la can de l'Hospitalet.
L'accueil de réfugiés en Cévennes durant la seconde guerre mondiale.
Il s'est constitué dans les vallées cévenoles des réseaux d'accueils de juifs et d'antinazis. Ils ont parfois connu de tragiques confrontations avec l'occupant mais dans l'ensemble les choses se sont bien passées.]
La résistance et le maquis en Cévennes durant la seconde guerre mondiale.
Dès janvier 43, la résistance Cévenole et Lozérienne s'organise à l'échelle de la faible population locale. Les premières ébauches de Maquis se forment dans les basses Cévennes, autour de l'Aigoual (Aire de côte) ... ]
Les missions Jedburgh.
Elles furent conçues au début 1944 par l'état-major interallié pour établir un contact plus étroit et plus militaire avec une force intérieure d'une réelle efficacité, possible si on l'encadrait et l'armait un peu plus sérieusement
Les parachutages clandestins sur la can de l'Hospitalet durant la seconde guerre mondiale.
Dès 1942 de nombreux petits maquis se créent en Lozère et plus particulièrement en Cévennes. Tous ces groupes manquent cruellement d'armes et demandent une aide logistique à la France libre. Mais aucun parachutage n'est accordé ni par Londres ni par Alger durant l'année 1943, alors que plusieurs terrains ont été homologués en Lozère.
Tribunal, terrain de parachutage clandestin à Barre des Cévennes en 1944.
Tribunal est l'un des 3 terrains de parachutage clandestins homologués durant la seconde guerre mondiale sur ou a proximité de la can de l'Hospitalet.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages