Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources

Les tétines de Balmegouse

Quelques dizaines de mètres au dessus de la ferme de Balmegouse, au pied du versant sud de la can des Combes, une zone étrange attire le regard. Sur cette pente faible affleure une roche friable et dégradée. Il s'agit d'un conglomérat très hétérogène, composé de nombreux minéraux différents arrachés aux hauteurs environnantes (à priori en direction du nord-ouest), exclusivement cévenoles, au Trias. Les formes peu roulées des morceaux les plus gros nous indiquent qu'ils ont été transportés sur des distances assez courtes, et déposés là en bancs plus ou moins horizontaux (des horizons se percutent parfois en pentes et contrepentes, témoins qu'il a du s'enchaîner des phases de remplissage chaotiques). L'on se trouvait alors probablement sur une sorte de plage. Le tout s'est progressivement solidifié, lié par un mortier naturel non carbonaté, puis a été recouvert ensuite par des calcaires plus récents.

Longtemps après, l'érosion à fait réapparaître cette couche à l'air libre. Elle affleure ici en formes douces et arrondies. A la base de la couche, presque au niveau du socle, d'étonnantes es excroissances aux formes organiques s'extirpent de la surface, comme un fluide magnétique attirées par un aimant. Certaines ne mesurent que quelques décimètres de haut, d'autres atteignent plusieurs mètres. Les reliefs sont de taille modeste dans les zones de faible pente, et plus imposants là où la pente s'accentue, prenant alors la forme de rognons étranglés à leur base, voire de petits plateaux. Ce sont les fameuses "tétines". Elles se sont formées très récemment, au quaternaire, et continuent probablement d'évoluer en permanence.

La formation de ces reliefs demeure obscure. Dans les zones dolomitiques que l'on rencontre en plusieurs sites de la can de l'Hospitalet et du causse Méjean, des formes du même genre apparaissent ça et là : leur origine est bien comprise, due à une hétérogénéïté chimique des roches, rendant certaines parties plus résistantes à l'érosion. Rien d'aussi évident ici car cette roche semble relativement homogène. Pour quelle raison l'érosion l'attaque-t-elle de manière si différentielle ?

Des hypothèses sont avancées : concentrations algaires variables, qui rendent les roches plus ou moins bien agglomérées selon les endroits  ? vestiges de troncs d'arbres fossilisés (mais on ne trouve pas de traces de carbone) ? processus strictement mécanique dû à la pente ? écoulement de plusieurs petits ruisseaux qui ont progressivement séparé des "ilots" ?  Aucune hypothèse n'est totalement satisfaisante. Des études physico-chimiques plus poussées seraient sans doute nécessaires pour comprendre les processus de formation, mais les tétines ne semblent guère attirer les chercheurs, alors que ce n'est pas un phénomène rare : on en trouve  dans d'autres sites du sud-est de la France, notamment en Ardèche.

On peut apercevoir sur le site quelques "cupules", trous aux formes parfaitement arrondies, qui font elles aussi débat, entre les partisans du phénomène naturel et ceux de l'intervention humaine. Le débat est ancien, permanent, non résolu, plein de rêves et de chausse trappes. Il concerne un très grand nombre de sites dans la région, sur tous types de roches. En observant avec attention, vous pourrez aussi trouver des "oeils de boeuf" (perforation totale d'un bloc), ou des blocs totalement détachés par l'érosion.

Au pied de la couche des tétines, court un filon de microgranite, que l'on retrouve en de nombreux sites des alentours.

Merci à l'AGAR, Association Géologique d'Alès et de sa Région, qui a organisé la sortie dont sont issues les informations retranscrites dans cette page.Merci à l'AGAR, Association Géologique d'Alès et de sa Région, qui a organisé la sortie dont sont issues les informations retranscrites dans cette page.
03/11/2017
Dolmen présumé can des Combes occidentale
A lire dans cette rubrique
Les traces de dinosaure sur la can de l'hospitalet.
Bien avant l'apparition de l'homme, il y a environ 190 millions d'années, la zone aujourd'hui couverte par la can de l'Hospitalet et le causse Méjean était occupée par une mer peu profonde
Les fossiles de la can de l'Hospitalet.
Les calcaires de la can de l'Hospitalet sont riches en fossiles de toutes époques
Arche de grès au dessus de la plaine du Pesquié.
Cette arche est située dans les premières couches de grès posées sur le schiste de la plaine du Pesquié, au pied des premières côtes raides qui montent vers la can noire.
La can de schiste.
La can de l'Hospitalet est, par définition même, un plateau constitué de calcaire, posé sur le schiste sous-jacent. Effectivement, pour l'immense majorité du plateau, cette règle se vérifie parfaitement.
La grotte de tuf du vallon de Baumale.
Au fond du vallon de Baumale, au pied des pentes qui montent vers baume Dolente, se trouve une petite grotte étonnante.
La ligne de partage des eaux Atlantique - Méditerranée.
La can de l'Hospitalet est située sur la ligne de partage européenne des eaux, c'est à dire que l'eau qui descend son flanc ouest pars vers l'Atlantique (via le Tarnon, le Tarn et la Garonne), celle qui descend son flanc est part vers la Méditerranée (via les gardons).
La mer de chailles.
Sur la can de Saint Laurent, proche du lieu-dit le Suquet, la concentration de chailles au sol est énorme.
Le filon de micro-granite du nord de l'Aigoual.
Ce filon, long de plusieurs dizaines de kilomètres mais large de quelques dizaines de mètres seulement, est rattaché au massif de l'Aigoual et remonte plein nord vers le Bougès au pied duquel il vient mourir.
Le processus de karstification.
La karstification est le phénomène de dissolution des calcaires par des eaux chargées en gaz carbonique. Ce phénomène conduit entre autre à la formation de grottes, avens, lapiaz... et autres formes bizarroïdes que l'on peut trouver sur la can et les causses alentours.
Les chailles, silex du pauvre.
La "chaille" est une roche siliceuse apparentée au silex, généralement de couleur claire, que l'on trouve dans les calcaires du jurassique.
Les dolines.
Une doline est une dépression de la surface d'un sol karstique. Sa présence témoigne de l'existence d'un conduit souterrain qui permet le drainage des eaux de surface vers les profondeurs.
Les limonites et les nodules ferreux de la can de l'Hospitalet.
Les sols calcaires de la can de l'Hospitalet sont relativement riches en fer.
Les terra rossa, ou "Terres rouges".
Au moment des labours sur les causses et la can de l'Hospitalet, la terre rougeâtre qui permet la culture attire l'oeil sur le fond des dolines.
Les tétines de Balmegouse.
Au pied de la can des Combes, des reliefs étonnants
Sols polygonaux sur la Can de L'Hospitalet.
En 1960, P. Marcelin et P. Rutten signalent l'existence, sur la Can de l'Hospitalet, de sols polygonaux, ou polygones de pierre.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages