Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources
Rubrique : Lieux-dits > Can noire
Les prairies humides au bas du vallon du Pesquié. Au fonds, la ferme du Pesquié.
Le beau bâtiment du Pesquié, vu du nord
Un tabouret de traite bricolé avec une fourche de bois, dans l'un des bâtiments de la ferme du Pesquié
Inaccessible pour cause de plancher effondré, une veste est encore accrochée sur un clou à une porte de la ferme du Pesquié.
Des sortes de coffrets de rangement dominent le vide, portes baillantes et silencieuses...
Une vieille batteuse abandonnée.
Un (trop ?) bel encadrement à la ferme du Pesquié
Les (trop ?) belles pierres du bâtiment du Pesquié
Sous le hameau du Pesquié sort une source, protégée par une large voûte en pierre.
A quelques centaines de mètres du hameau, la piste qui monte vers la can semble présenter un restant de dallage massif... Mais il n'est pas évident de faire la différence avec des bancs naturels de calcaire.
La végétation prend ses aises sur le toit malade de la ferme du Pesquié.
Au premier plan, les bâtiments du Pesquié depuis le rebord de la falaise qui surplombe. Au fond à droite, la barre rocheuse de Barre des Cévennes

Le Pesquié

Le pesquié est un hameau de 3 bâtiments construit au pied de petites falaises du rebord est de la can de l'Hospitalet. En 2005, ce lieu garde une vocation agricole mais semble presque à l'abandon : plusieurs bâtiments s'abîment rapidement, de l'eau coule en permanence sur la piste. Au moins le hameau ne manque-t-il pas d'eau...

Jusqu'au XIXème siècle le Pesquié s'appelait Saint-Pierre de Noalhac. La terminaison en "ac" est caractéristique et indique une origine gallo-romaine. De fait, des tessons de poterie du IIè siècle après JC ont été trouvés à proximité (cav p. 17). Le lieu apparaît encore sous ce nom sur le tableau des hameaux de Barre des Cévennes, établi en 1862 par Mr Cabanel, instituteur de la commune). Jusqu'au début du XIVème siècle, Saint-Pierre de Noalhac a accueilli la première église de Barre, dédiée au Saint Pierre en question. A voir l'état actuel du site, humide, froid et austère en hiver, éloigné du bourg, on est en droit de se demander ce qui a bien pu y motiver la construction d'une église... affaire à élucider. Puis une nouvelle église a été construite dans le centre de Barre pour faciliter l'accès, et celle-ci est tombée en désuétude et a disparu d'une manière que je n'ai pas élucidée. Le compoix de 1604 mentionne encore la "terre et le cimetière de Saint-Pierre-de-Noalhac contenant pré, cazal, pède".

Aujourd'hui, le Pesquié est composé de deux ensembles de bâtiments :

  • en dessous de la piste, deux bâtiments reliés par un passage ont servi de corps d'habitation au premier étage et de bergeries au rez de chaussée

  • au dessus de la piste, un bâtiment très massif a servi de bâtiment agricole.

La ferme, encore occupée en 1960, a manifestement été abandonnée assez brutalement. De nombreuses traces de la vie courante y subsistent, maintenant exposés à tous vents et menacés par l'écroulement intempestif de parties de toits ou de murs...

Retournons dehors.

Passé le choc de la lumière qui éblouit, on est soudain surpris par la différence d'aspect entre les différents blocs de bâtiments. Ceux qui sont situés sous la piste sont construits en pierres de petites dimensions, non taillées, et d'un agencement rustique. Celui qui est situé au dessus de la piste est construit en pierre de taille de grosses dimensions, qui semblent tout à fait disproportionnées avec la taille et la fonction du bâtiment, qui n'a pas à priori de vocation défensive, ni d'apparat vu sa situation et son environnement.

En effet les deux grandes portes, conçues pour faire entrer des charrettes ou des bêtes, témoignent de sa vocation agricole. Peut-être le premier étage a-t-il également servi d'habitation (la face est présente une porte et des fenêtres d'habitation). La construction d'un tel bâtiment a probablement nécessité beaucoup d'argent... à moins que le constructeur ait gratuitement disposé de ces belles pierres de taille.

Or, dans la monographie de Mr Cabanel de 1862, l'auteur constate en observant le château de Terre Rouge, situé à un peu plus d'un kilomètre de là, que "des pierres de taille ont été enlevées, elles ont dû servir à la construction des habitations du domaine de Jean-Pierre Noalhes, à qui le château appartient". La proximité des deux noms, et le fait q'un chemin facilement praticable relie les deux sites, donne envie de faire l'hypothèse suivante : et si le bâtiment principal du Pesquié était bâti à partir de pierres prélevées au château de Terre Rouge ? Ce bâtiment serait donc tout ce qui reste aujourd'hui du château, qui a depuis été rasé pour remblayer la route !

Un signe - interprété à la va-vite, c'est vrai - pourrait conforter cette idée : au dessus de la porte d'habitation on voit un trou triangulaire, et il est net qu'une pierre a été enlevée de cet endroit. Pourquoi ne serait-ce pas une pierre d'armoiries, prélevée sur le château, posée là, puis plus récemment volée - chose courante sur les bâtiments de la région ! Tout ça serait à vérifier... Je vous tiens au courant si j'ai des nouvelles !

10/01/2009
Tumulus 4 de la can noire centrale
A lire dans cette rubrique
Amorce de grotte à la pointe sud de la can noire.
Cette amorce est située près de la pointe sud de la can noire orientale.
Arche de grès au dessus de la plaine du Pesquié.
Cette arche est située dans les premières couches de grès posées sur le schiste de la plaine du Pesquié, au pied des premières côtes raides qui montent vers la can noire.
Four à chaux de l'Hort de Dieu.
Four à chaux de l'Hort de Dieu
Four à chaux présumé, pentes nord de la can noire centrale.
Peut-être un four à chaux bien abimé
La grotte de la carrière PNC.
Cette grotte s'ouvrait autrefois sur le site de la carrière qui a servi à rénover le château du Parc à Florac.
Le Pesquié.
Le pesquié est un hameau de 3 bâtiments construit au pied de petites falaises du rebord est de la can de Terre Rouge.
Le plateau oriental de la can noire.
La can noire se termine, à son extrémité est, par un plateau bien individualisé d'une altitude un peu supérieure au reste de la zone, qui surplombe le village de Barre des Cévennes.
Le Rocher des fées du Barret.
Le "Rocher des fées", situé au Barret sur la commune de Barre de Cévennes, est un site autour duquel tournent beaucoup d'histoires et de légendes.
Rocher des fées du Barret : compte-rendu de fouille.
Compte-rendu de fouille du site du "Rocher des croix", ou "Rocher des Fées" à Barre des Cévennes par Gilbert Fages.
Siles et quarz à l'est de la côte 1004 de la can noire centrale.
Le point 1004 est juste un très léger bombement à 300 mètres à l'ouest du plateau principal de la can noire, au bord d'un versant exposé sud qui descend vers la vallée française. Il n'a en soi rien de particulier, si ce n'est que ses alentours présentent un certain nombre de signes d'occupation humaine à plusieurs époques.
Tumulus 4 de la can noire centrale.
Ce tumulus est situé à quelques mètres au nord de la piste qui mène de Terre Rouge à Barre
Tumulus 4 de la can noire centrale.
Un des tumuli de la Can Noire centrale.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages