Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources
Rubrique : Les routes
Carte de la route des Gabales

La route des gabales

Peu avant l'époque gallo-romaine, des tribus gauloises sont installées partout sur le territoire des Cévennes et autour. Au nord de l'actuelle Lozère il y avait les Gabales, dans la plaine, autour de l'actuelle Nïmes, les Volques arécomiques (les volques sont des celtes arrivés de Belgique qui se sont répartis sur plusieurs territoires du sud de la France). Malgré leur éloignement, les Volques, comme les Gabales, faisaient partie de la confédération Arverne, et avaient des rapports continuels. L'itinéraire qui leur servait à communiquer était la "route des Gabales", qui allait de Nîmes à Anderitum (capitale des Gabales, aujourd'hui Javols). Son parcours était le suivant :

Un premier tronçon de plaine : Nîmes - Lédignan - Anduze - Saint Jean du Gard.

A partir de Saint Jean du Gard, elle se confondait presque avec la draille et suivant quasiment l'itinéraire de l'actuelle corniche des Cévennes : montée par Pied de Côte et l'Affenadou, puis cheminement de crête jusqu'au Pompidou, traversée de la can de l'Hospitalet, jusqu'au col du Rey, redescente sur Carlèques, vallée du Tarnon jusqu'à Florac. Sur le segment Saint Jean - Le Pompidou, elle a probablement repris un chemin de crête encore plus ancien, dont il reste des traces ça et là sur la corniche, qui après avoir marqué la frontière entre les Volques et les Gabales, marque toujours la limite entre le Gard et la Lozère. Cette voie préromaine surplombe d'une cinquantaine de mètres l'actuelle route de la corniche avec laquelle elle se confond parfois, comme au Lac et à Malataverne.

Le dernier tronçon menait de Florac à Javols en passant par Lanuéjols, Rieutord de Randon et Serverette (cta, p 163).

Cet itinéraire a existé dès le IIIème siècle avant JC, ce qui constitue une sorte d'exploit technique quand on connaît l'aspect escarpé et rocheux de certains tronçons de l'actuelle corniche des Cévennes, particulièrement entre le col Saint Pierre et le Pompidou !

Il est par contre difficile à comprendre qu'après le départ des romains, cet itinéraire qui avait couté tant d'efforts soit progressivement tombé en désuétude. Il faudra attendre le moyen-âge pour que la circulation reprenne (probablement après des réaménagements).

10/04/2008
Le chemin de Valleraugue Les montjoies
A lire dans cette rubrique
La can de l'Hospitalet, une chaussée naturelle bien pratique... mais dangereuse.
La Can de l'Hospitalet n'est certes pas un lieu facile à vivre. Mais c'est un lieu plein d'avantages intéressants pour voyager.
Les grands itinéraires naturels autour de la can de l'Hospitalet.
La can de l'Hospitalet relie entre eux trois grands itinéraires naturels, orientés nord / sud, nord / sud-est, et est.
Histoire des routes et chemins de la can de l'Hospitalet.
Les premières traces d'itinéraires de circulation sur la corniche des Cévennes, la crête du Marquairès ou la can de Barre sont apparues bien avant que l'homme ne s'installe dans les environs
Les drailles.
Les drailles, ou dralhas en occitan, sont des itinéraires utilisés pour faire "transhumer" les troupeaux de moutons mais aussi parfois de vaches, c'est à dire les faire monter dans les alpages d'altitude pendant la saison chaude
Les chemins muletiers de la can de l'Hospitalet et des alentours.
Un chemin muletier est un chemin accessible aux piétons, cavaliers, mules, troupeaux... mais non conçu pour permettre le passage de voitures à roues.
Les chemins de la farine.
Chaque hameau de la vallée du Tarnon a son "hameau d'estive" sur le causse Méjean. Le chemin de la farine permet d'aller de l'un à l'autre.
La corniche des Cévennes.
La corniche des Cévennes est un itinéraire multimillénaire qui relie Florac à Saint Jean du Gard par la Montagne cévenole
La route Cardinale.
La route Cardinale, ou côte Cardinale, est une petite route raide et tortueuse qui monte de Salgas vers la can de l'Hospitalet, qu'elle rejoint au col de Solpérière.
La route de crête Aire-de-Côte / La Bastide.
La crête qui relie le massif de l'Aigoual à la Can de l'Hospitalet par les cols du Marquaïrès et de Salidès est un passage pratique car il présente très peu de dénivelé.
La route des gabales.
Peu avant l'époque gallo-romaine, des tribus gauloises sont installées partout sur le territoire des Cévennes et autour.
La route royale n°7.
Un article tiré de la revue du Club Cévenol, qui fait un magnifique tour de la question.
La Témélague.
La Témélague était une ancienne route qui reliait Barre des Cévennes à Pont Ravagers
Le chemin de Valleraugue.
Le chemin de Valleraugue est une ancienne route qui reliait Florac à Valleraugue par l'Hospitalet, puis la crête des cols de Salidès et Marquairès et Aire-de-côte.
Le chemin des croisades Aubrac - Saint Gilles.
Ce chemin de croisade traversait les Cévennes, et en particulier la can de l'Hospitalet
Le contournement de Peyreficade.
Depuis longtemps, les autorités avaient le désir de permettre aux voyageurs d'éviter la can de l'Hospitalet par temps de brouillard ou de tourmente. En 1787, le sieur Boissonade, directeur des travaux publics du Gévaudan, propose un itinéraire de Mende
Le réseau de tours à signaux Anduze - Florac.
Ce réseau a été mis en place lors de la guerre de cent ans pour améliorer les communications en Cévennes et organiser la défense contre les anglais.
Les montjoies.
D'une manière générale, les montjoies sont des repères pour les voyageurs. Mais le terme peut recouvrir une grande variété d'objets très différents.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages