Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources
Vue d'ensemble de la cote 1034 de la can de l'Hospitalet
Lapiaz sur la can de Saint Laurent
Des clapas sur un lapiaz de la can de Saint Laurent
Des fossés énigmatiques sur la can de Saint Laurent

La côte 1034 de la can de Saint Laurent

La côte 1034 de la can de Saint Laurent est un léger bombement visible à gauche de la route qui mène du col du Rey à Ferrière, et qui apparaît sur la carte IGN. Malgré cet aspect débonnaire c'est le point culminant de la can de Saint Laurent. De là, la vue se dégage presque à 360 degrés sur le massif du Mont Aigoual, le causse Méjean, le Mont Lozère... C'est peut-être la raison pour laquelle les hommes de l'âge du fer ont choisi ce lieu pour y implanter deux tumulus, tout proche du sommet. La partie ouest de la côte 1034 est partiellement occupée par un "lapiaz", affleurement de calcaire profondément entaillé par l'érosion. Le lapiaz est une forme géologique assez rare sur la can. Ceux que l'on observe ici sont très abîmé et à l'état de relique. Mais les agriculteurs des générations passées les ont utilisés d'une manière originale : au lieu de créer des clapas, ils ont accumulé les pierres retirées du sol sur les lapiaz, ce qui donne d'étranges paysages alternant beaux passages herbeux et empilements...

A environ 200 mètres à l'ouest du sommet du bombement, sous une forêt de résineux récents, des traces de fossés peu profonds se croisent sur une surface d'un hectare environ, faisant des angles droits. Des pins de plusieurs décennies poussent à l'intérieur, indiquant une origine d'une certaine ancienneté, sans plus de précision. Encore un lieu à explorer de manière plus approfondie pour comprendre !

02/02/2008
La peyro de la pendulho La source de Saint Laurent
A lire dans cette rubrique
Aven de Tardonnenche.
Aven introuvable signalé dans les années 50 sur la can de Tardonnenche
Flèche de pierre de Peyre-Agude.
A quelques dizaines de mètres au nord-est du point coté 1102, sur le plateau de Peyre-agude, se trouve un curieux signe dans l'herbe
L'oppidum de Ventajols.
Au point côté 972, non loin de la crête qui monte de Ventajols, la can de Balazuègnes se termine par une petite excroissance parfaitement plane, sur laquelle il est censé y avoir eu un oppidum gallo romain.
La côte 1034 de la can de Saint Laurent.
La côte 1034 de la can de Saint Laurent est un léger bombement visible à gauche de la route qui mène du col du Rey à Ferrière.
La maison maudite de Terre-rouge.
Un ancien témoigne de l'existence, à proximité du château de Terre rouge, sur le chemin qui descend vers le Pesquié, d'une maison appelée "Le Castellas". Elle aurait été mal famée.
La mystérieuse grotte de l'Hospitalet.
Sur une carte géomorphologique sommaire de la can de l'Hospitalet (par J. Rouire et Cl. Rousset, 1973), j'ai trouvé signalée une grotte à environs 400 mètres au nord-est du hameau de l'Hospitalet
La peyro de la pendulho.
La peyro de la pendulho est une pierre très anciennement retouchée par l'homme, sur la can de Ferrière.
Le four à chaux et le bloc.
Un curieux site, comme un four à chaux avec un énorme bloc dedans
Le Trescol de Solpérière.
Je ne sais pas exactement ou se situe le Trescol de SOlpérière, ou Trescot selon les sources. Sans doute tout près du col de Solpérière. Peut-être même ce nom désigne-t-il le col lui même (voir l'étymologie du terme, ci-dessous).]
Les bouteilles de Barre-des-Cévennes.
La rue principale de Barre des Cévennes est le siège d'un fait intrigant.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages