Cieux cévenols

Fillette à la sucette. Prétextant que la Lozère est vide d’habitants, des avions militaires avaient fait de longs exercices au dessus de nos têtes durant cette balade de fin d’après-midi. Le vent avait lentement déformé et accumulé sur l’horizon leurs panaches étirés, et le soleil s’était emparé de la masse compacte qu’ils formèrent bientôt. Soleil de vie, soleil de mort, Brunelle s’est installé là pour contempler ce tableau mélangé.
La bordure est du causse Méjean est un univers de pierre et d’herbe rase, totalement pelée. Ce soir là, pourtant, les derniers rayons d’un glacial soleil d’hiver ont accroché une mince lignée d’arbres. Quinze, vingt maigres arbres, pas bien grands sans doute, mais tenant le choc face à ce monde minéral. Autant de résistants sortant de leur tanière au crépuscule, progressent courbés sur fonds de ciel, refusant de se soumettre.
Dans une dernière inspiration créatrice Dieu a jeté les épilobes à la surface du monde. Puis, satisfait de son oeuvre, il s’est retranché derrière son nuage. Can de l’Hospitalet
Aux dernières minutes du jour, le ciel s’embrase au dessus de Saint Laurent de Trèves
Comme un prédicateur fou, la montagne brandit un crucifix pendant que se déchaînent les éléments.
Quelques minutes après, la lumière a totalement changé..
La can de l’Hospitalet : un bout de terre dans le ciel
Ciel de feu
Un jour, Dieu s’est approché de Saint Laurent de Trèves

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *