L’industrie du plomb sur le Mont-Lozère à l’époque médiévale

Si vous partez balader sur les hauteurs occidentales du Mont-Lozère, et que d’aventure vous sortez du sentier pour pénétrer dans la forêts à la recherche de champignons (ou pour y déposer une offrande personnelle), vous tomberez peut-être d’étranges clairières minérales, exemptes de toute végétation, mises à part quelques plantes rases malingres et désséchées. Ne vous y trompez pas : ces paysages apparemment peu engageants témoignent de tout un pan passionnant de l’histoire humaine et économique locale.

Une mystérieuse clairière. Celle-ci est la n°25, dans le secteur appelé « countrasts »

Au moyen-âge, une industrie de production de plomb d’une importance sans équivalent connu ailleurs en Europe a fonctionné dans ce secteur. Quatre siècles durant (de la fin du Xe siècle au début XVe siècle), des dizaines de fours ont ici avalé minerai et charbon de bois pour recracher métal et scories. Une vraie forge de Sauron, que j’imagine volontiers enveloppée d’une perpétuelle nuée toxique.

Le secteur concerné s’étend sur un vaste secteur ouest du Mont-Lozère, aux alentours de l’étang de Barrandon, des Laubies ou de la tourbière des Sagnes. Nous sommes ici à des altitudes avoisinant ou dépassant les 1300 mètres, pas tout à fait sur les hauteurs ultimes du massif mais déjà bien élevés. Selon les versants, les paysages sont constitués de forêts de hêtres ou de résineux, ou de vastes zones herbeuses souvent humides, pâturées par des troupeaux clairsemés. Ce sont des endroits délicieux en toutes saisons : en été lorsque la chaleur assomme les fonds de vallée, à l’automne lorsque pointent les champignons, en hiver sous la neige ou au printemps dans une explosion de fleurs. Mais je m’égare. Reprenons l’histoire par le début.

Comme de nombreux massifs granitiques, le Mont-Lozère est riche en uranium 238. La concentration de ce minerai y est d’ailleurs suffisamment élevée pour qu’une mine d’uranium ait été exploitée aux Bondons entre 1980 et 1989 afin d’alimenter la filière nucléaire française, mais c’est un autre sujet, sur lequel je reviendrai peut-être un jour. Par une série de désintégrations successives, l’Uranium 238 se transforme lentement (cela se compte en millions d’années) en Plomb 206. Premier élément lourd du tableau de Mendeleïev qui soit stable, le plomb ne se désintègre en rien. Il pourrait rester là à l’infini, mais il déteste la solitude (le plomb pur est très rare dans la nature) et préfère se recombiner avec d’autres éléments chimiques présents dans le sol (souffre, carbone…) pour donner naissance à des minerais divers aux noms fleuris : Galène, Anglésite, Cérusite… près de 240 différents !

Le sous-sol du Mont-Lozère est donc riche en minerais plombés, eux même incrustés dans diverses roches, dans une infinie variété de minéralisations, cristallisations et couleurs qui dépassent mes connaissances. Je sais seulement que les formes les plus abondantes sont ici la Galène et la Baryte, dont de nombreux filons affleurent dans les parties basses du massif, et en particulier les secteurs du col de Montmirat, des Bondons, et jusqu’à Bédoués-Cocurés et Ramponenche. C’est là qu’ont été exploitées les mines de l’époque médiévale (et certaines beaucoup plus récemment), à des altitudes s’échelonnant entre 800 et 1200 mètres.

La mine d’Uranium des Bondons en activité dans les années 1980
Ancienne mine de plomb argentifère de Montmirat-Le Buisson: barytine en noyaux de pêche sur quartz gris (inclusions de galène) avec blende altérée (14.5 X 7.5 cm). Photo trouvée sur https://www.geoforum.fr/topic/28875-min%C3%A9raux-de-la-loz%C3%A8re-et-cristaux-loz%C3%A9riens/page/8/#comment-629751
Mines de Baryte dans le vallon de Malaval
Ancienne mine de plomb-zinc de Ramponenche. Barytine, ankérite, pyrite et galène (4.5 X 3 cm). Photo trouvée sur https://www.geoforum.fr/topic/28875-min%C3%A9raux-de-la-loz%C3%A8re-et-cristaux-loz%C3%A9riens/page/8/#comment-629751

Pour extraire des différents minerais du plomb utilisable, il faut les porter à des températures de l’ordre de 1000°C. Cette opération s’effectuait dans des fours, dont l’aspect et le fonctionnement ne sont pas encore bien connus car peu d’entre eux ont été conservés jusqu’à nos jours, et sérieusement étudiés. Ils fonctionnaient probablement de manière similaire aux bas-fourneaux de réduction de fer, mieux étudiés. On fabrique une enceinte de pierre, on l’étanchéïfie tant bien que mal (par exemple avec de l’argile), on bourre de charbon de bois et de minerai, on allume, et on souffle, on souffle des heures durant, pour maintenir une combustion très vive, tout en continuant à ajouter combustible et minerai jusqu’à épuisement des stocks. Le métal séparé des autres constituants du minerai migre vers le bas, on le récupère à la fin de l’opération en bas du four en détruisant ou ouvrant celui-ci.

Un des très rares fours connus et étudiés sur le secteur, ici le n°3 des narses mortes (photo extraite de https://journals.openedition.org/archeosciences/2716)

Ce sont eux qui ont laissé ces traces indélébiles que constituent les clairières d’aujourd’hui. En effet, les scories (roches à moitié fondues) restant sur place après l’opération continuent à libérer du plomb, toxique pour la végétation. 600 ans après les faits, les sols sont toujours quasiment stériles.

Au travers des siècles, près de 90 sites de ce type ont fonctionné dans le secteur.

Un sol stérile (site n°25, serre de countrast)

Les sites se présentent donc comme des clairière au sol caillouteux, parsemés de rares plantes rases (graminées, rumex, bryophytes et lichens) particulièrement dures à cuire qui profitent de l’élimination de leurs concurrentes plus sensibles au Plomb pour s’installer. Des analyses ont montré que les arbres environnant les sites, jusqu’à des distances de plusieurs dizaines de mètres, présentaient eux-même des teneurs en plomb importantes.

Les scories apparaissent nettement différente des fragments de granite. Elles présentent un aspect bulleux et une couleur plus sombre (site n°25, serre de Countrast)

Cartographie des sites de récolte du minerai

Le combustible utilisé était du charbon de bois, produit spécialement et uniquement à partir du Hêtre, bois de bonne qualité thermique, qui constituait l’essentiel de la forêt d’altitude dans ces parages à l’époque. Des centaines de sites de fabrication de charbon de bois ont ainsi été cartographiés, presque tous sur les versants nord du Mont-Lozère. Ces zones sont aujourd’hui totalement dénuées de boisements, ce qui pose question. Des études palynologiques ayant révélé que sur ces espaces le hêtre a subi un très fort recul entre le XIè et le XIVè siècle, l’activité métallurgique serait-elle responsable de cette disparition ? Peut-être jusqu’à cesser sur les versants nords faute de combustible ? D’autres sites de production restent-ils à découvrir sur les versants sud, encore boisés et donc moins faciles à prospecter ? Questions passionnantes à creuser.

Cartographie des sites sur le Mont Lozère

La localisation en altitude des sites de transformation, très éloignés des mines, pourrait étonner. Elle n’est que logique, car contrairement à ce que l’on pourrait penser, le combustible représentait des volumes et des masses supérieurs à ceux du minerai. Il était donc plus facile de monter le minerai près des sites de production de charbon de bois que de faire l’inverse. La draille de Margeride, itinéraire de transhumance qui existe depuis plusieurs millénaires, traverse ou passe à proximité des sites miniers et des sites de transformation. Elle a sans doute joué un rôle important dans le transport du minerai.

Si vous êtes définitivement happé par le sujet et que vous voulez l’approfondir, il existe une abondante littérature de recherche librement disponible sur internet. Consultez par exemple :

dont je me suis moi-même servi pour écrire cet article. Ils sont pour l’essentiel issus d’un gros travail de recherche interdisciplinaire qui s’est mené entre la fin des années 90 et le milieu des années 2000. Passionnant.

One thought on “L’industrie du plomb sur le Mont-Lozère à l’époque médiévale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *