Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources
Des blocs de chaille à côté d'un genêt purgatif, qui témoigne de l'acidité relative du sol malgré le calcaire sous-jacent (can noire)
Blocs et éclats (modernes) de chaille, trouvés sur la can noire, près de Terre Rouge
Une chaille aux formes explicites

Les chailles, silex du pauvre

La "chaille" est une roche siliceuse apparentée au silex, généralement de couleur claire, que l'on trouve dans les calcaires du jurassique. Elle s'est créée lors de la diagenèse (formation de la roche) : sous certaines conditions la silice présente dans les boues calcaires peut migrer et se rassembler en nodules très concentrés en silice. Du point de vue qui nous intéresse ici, la chaille présente deux différences notables avec le silex :
  • la taille de cristallisation est beaucoup plus grosse pour la chaille que pour le silex
  • le silex est totalement composé de silice, alors que la chaille peut présenter des gradients de concentration en silice, plus ou moins mélangée avec le calcaire environnement

Pour ces deux raisons, la chaille est moins homogène et moins solide que le silex. Il est plus difficile de la tailler car elle a tendance à se briser selon les nombreuses lignes de faiblesse qui la traversent, les faces des éclats obtenus sont moins lisses et planes, les arêtes sont moins coupantes et surtout plus fragiles : elles s'écaillent plus facilement qu'avec du silex.

La chaille se trouve de manière relativement abondante en certaines parties de la can de l'Hospitalet. Ces endroits sont relativement aisés à détecter grâce aux genêts qui y poussent souvent. En effet, le genêt est une plante des sols acides, qui ne pousse pas sur les calcaires purs qui sont plutôt basiques, sauf justement dans certains endroits localement plus riches en silice, et en particulier dans les "calcaires à chaille".

En l'absence de "vrai" silex sur la can, la chaille a été un matériau de remplacement utilisé par les hommes préhistoriques pour fabriquer des outils et des armes. Il est d'ailleurs amusant de constater la ressemblance des formes de certains morceaux de chaille naturellement brisés par l'érosion avec des pierres taillées rustiques.

Les faibles qualités techniques de la chaille ont poussé les hommes des environs à se tourner rapidement vers l'outillage en fer, ou à importer du vrai silex de zones parfois éloignées (jusqu'à plusieurs centaines de kilomètres).

15/03/2008
Les pierres taillées sur la can de l'Hospitalet
A lire dans cette rubrique
Les traces de dinosaure sur la can de l'hospitalet.
Bien avant l'apparition de l'homme, il y a environ 190 millions d'années, la zone aujourd'hui couverte par la can de l'Hospitalet et le causse Méjean était occupée par une mer peu profonde
Les fossiles de la can de l'Hospitalet.
Les calcaires de la can de l'Hospitalet sont riches en fossiles de toutes époques
Arche de grès au dessus de la plaine du Pesquié.
Cette arche est située dans les premières couches de grès posées sur le schiste de la plaine du Pesquié, au pied des premières côtes raides qui montent vers la can noire.
La can de schiste.
La can de l'Hospitalet est, par définition même, un plateau constitué de calcaire, posé sur le schiste sous-jacent. Effectivement, pour l'immense majorité du plateau, cette règle se vérifie parfaitement.
La grotte de tuf du vallon de Baumale.
Au fond du vallon de Baumale, au pied des pentes qui montent vers baume Dolente, se trouve une petite grotte étonnante.
La ligne de partage des eaux Atlantique - Méditerranée.
La can de l'Hospitalet est située sur la ligne de partage européenne des eaux, c'est à dire que l'eau qui descend son flanc ouest pars vers l'Atlantique (via le Tarnon, le Tarn et la Garonne), celle qui descend son flanc est part vers la Méditerranée (via les gardons).
La mer de chailles.
Sur la can de Saint Laurent, proche du lieu-dit le Suquet, la concentration de chailles au sol est énorme.
Le filon de micro-granite du nord de l'Aigoual.
Ce filon, long de plusieurs dizaines de kilomètres mais large de quelques dizaines de mètres seulement, est rattaché au massif de l'Aigoual et remonte plein nord vers le Bougès au pied duquel il vient mourir.
Le processus de karstification.
La karstification est le phénomène de dissolution des calcaires par des eaux chargées en gaz carbonique. Ce phénomène conduit entre autre à la formation de grottes, avens, lapiaz... et autres formes bizarroïdes que l'on peut trouver sur la can et les causses alentours.
Les chailles, silex du pauvre.
La "chaille" est une roche siliceuse apparentée au silex, généralement de couleur claire, que l'on trouve dans les calcaires du jurassique.
Les dolines.
Une doline est une dépression de la surface d'un sol karstique. Sa présence témoigne de l'existence d'un conduit souterrain qui permet le drainage des eaux de surface vers les profondeurs.
Les limonites et les nodules ferreux de la can de l'Hospitalet.
Les sols calcaires de la can de l'Hospitalet sont relativement riches en fer.
Les terra rossa, ou "Terres rouges".
Au moment des labours sur les causses et la can de l'Hospitalet, la terre rougeâtre qui permet la culture attire l'oeil sur le fond des dolines.
Les tétines de Balmegouse.
Au pied de la can des Combes, des reliefs étonnants
Sols polygonaux sur la Can de L'Hospitalet.
En 1960, P. Marcelin et P. Rutten signalent l'existence, sur la Can de l'Hospitalet, de sols polygonaux, ou polygones de pierre.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages