Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Cévenne vivante
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Généralités
Vie
Gens
Coins
Balades
Récits
Art

Le causse Méjean, point culminant de la Terre à l'époque Protocambrienne

Le Parc National des Cévennes peut s'enorgueillir d'héberger sur son territoire une attraction naturelle unique au monde. Il s'agit, rien de moins, que le plus haut sommet de la planète ! Le causse Méjean serait en effet le relief résiduel d'un sommet très ancien (le « proto-Méjean ») dont l'altitude aurait dépassé les 17000 mètres à la fin de sa surrection, à l'ère protocambrienne (- 7 milliards d'année), ce qui en fait non seulement, et de très loin, le point culminant – toutes époques confondues - de la planète Terre, mais également le second sommet du système solaire, après « Olympus Mons », sur Mars, qui ne dépasse le proto-Méjean que de 4 petit millier de mètres.

Cette fabuleuse découverte a été rendue possible grâce à l'observation de ML, habitant du hameau de Saint Laurent de Trèves, juste en face du Causse Méjean. Depuis des années, ML avait remarqué, lorsqu'un plafond nuageux se mettait en place à une altitude légèrement inférieure à 1000 mètres, masquant le sommet du plateau, que les versants du causse disparaissant dans les nuages évoquaient la base d'une montagne très élevée. Sans être géologue, ce cévenol passionné de haute montagne, alpiniste lui-même, avait noté la similitude des falaises du Méjean avec celles que l'on peut observer à la base de certains des plus grands sommets du monde : Aconcagua (6900 mètres, frontière Argentine – Chili), Pic Podeba (7500 m, Kirghizstan), et Lhotse (8600m, Népal). Armé de ces observations, il réussit à persuader le Pr Asuncion, du labo de paléophysique de Montpellier que le sujet était sérieux. Deux étudiants en thèse furent aussitôt mis au travail pour confirmer (ou non) cette hypothèse. Contre toute attente, il leur fut relativement facile de prouver qu'un sommet très élevé avait existé en cet endroit. En effet (et pour faire simple), lorsque les calcaires dolomitiques, composants assez courants du causse Méjean, sont soumis à une pression raréfiée, telle qu'elle se présente à des altitudes stratosphériques, les échanges gazeux entre la roche et l'atmosphère sont modifiés et les ions calcium du calcaire sont transformés en calcium3, une variante qui n'existe pas normalement dans la nature. Il a donc suffi aux deux thésards de faire le tour du Causse Méjean pour chercher des roches présentant cette particularité. Ils les ont trouvées au "pas de Souci", site bien connu des touristes qui visitent nos gorges du Tarn. Les deux célèbres roches dressées dans la pente à cet endroit, nommées « Roc Aiguille » et « Roquesourde » par la tradition populaire, ont révélé des teneurs très fortes en calcium3, signant leur long séjour en très haute altitude, et permettant du même coup de déterminer avec précision l'altitude du Proto-méjean. Le chaos du pas de souci se serait donc formé suite à un éboulement cataclysmique très ancien. Il est troublant de constater que malgré l'ancienneté des faits, la mémoire populaire en garde le souvenir, puisqu'elle explique la géomorphologie de l'endroit par un combat titanesque entre le diable et sainte Enimie.

Cinq ans avant l'aboutissement des travaux du labo de paléogéologie, l'altitude du proto-Méjean avait d'ailleurs été évaluée par ML avec une excellente précision. Utilisant une méthode graphique toute simple, il avait simplement prolongé virtuellement les pentes des différents versants du Méjean jusqu'à ce que que ces surfaces se croisent en plein ciel... à 17000 mètres d'altitude. Une fois de plus la preuve est faite que les savoirs et savoir-faire populaires permettent souvent d'arriver aux mêmes résultats que les études scientifiques les plus pointues. A méditer...

Suite à cette magnifique découverte, les questions restent néanmoins nombreuses.

Il faudra en particulier déterminer quels processus d'érosion ont pu raboter à ce point le monstre pour ramener son altitude à celle, très modeste, que l'on connaît aujourd'hui (le Causse Méjean culmine aujourd'hui au Mont Gargo, 1247 mètres) Trois autres étudiants du labo de paléogéologie de Montpellier vont prochainement être mis au travail sur ce problème. Mais Mr ML a déjà élaboré une hypothèse. Il estime que le passage répété, des centaines de milliers d'années durant, des troupeaux sauvages transhumants, renforcés dans les époques plus récentes par les tribus néandertaliennes qui arpentaient la montagne à la recherche de gibier, auraient pu aboutir à la forme en plateau que l'on connaît. Science et savoir populaire vont elles encore une fois faire converger leurs conclusions ?

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des avancées sur ces sujets passionnants.

19/10/2013
Le causse de Sauveterre L'enceinte protohistorique de la Tourelle
A lire dans cette rubrique
Gargantua et compagnie ... Un peu de géomorphologie légendaire sur les Causses !.
Pour ceux qui viennent de plats pays, les paysages tourmentés des causses et des gorges ne sont pas sans étonner, attirer ou parfois effrayer...
L'aven des Corneilles.
Pourquoi aller à l'aven des Corneilles ? Pourquoi là plutôt qu'à l'aven Armand, son illustre voisin ?
L'enceinte protohistorique de la Rode à Drigas.
L'enceinte protohistorique de la Rode est la plus belle des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'enceinte protohistorique de la Tourelle.
L'une des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
La balme de Fraissinet de Fourques.
La balme de Fraissinet de Fourques
La grotte bègue.
Une petite grotte à double entrée s'ouvre sur le bord du chemin, en haut du vallon du Bègue.
La grotte de Cros - Paillo.
Sous le chemin d'estive de Salgas, tout près de déboucher sur le causse, s'ouvre une belle grotte
La grotte de Nabrigas.
La grotte de Nabrigas
Le causse de Sauveterre.
Le causse de Sauveterre
Le causse Méjean, point culminant de la Terre à l'époque Protocambrienne.
Le Causse Méjean serait le relief résiduel d'un colossal sommet de 17000 mètres d'altitude.
Le château de Blanquefort, repaire de brigands idéal.
Pour une fois, je m'attelle ici à décrire une destination touristique tout à fait homologuée. Le château de Blanquefort dispose en effet de son étoile rouge sur la carte IGN au 25.000ème. Ceci atteste la présence d'un site remarquable, mais aussi probablement de son accessibilité en voiture !
Le chemin d'estive de Racoules.
Comme tous hameau de la vallée du Tarnon qui se respecte, Racoules a son chemin d'estive. Celui-ci est particulièrement impressionnant.
Le clapas-bergerie d'Espinard.
On dit que beaucoup de clapas ont été édifiés sur toutes sortes de choses intéressantes, comme par exemple des tumuli, ou des ruines diverses. Mais parfois, il est difficile de dire qui a recouvert quoi.
Le frère du guerrier, un tournage sur le Causse.
Le frère du guerrier est un film de Pierre Jolivet qui est sorti en 2002, et dont l'action se passe au XIIIème siècle sur le Causse de Sauveterre.
Le Mont Gargo.
Le Mont Gargo est le point culminant du Causse Méjean.
Le rocher de la table.
Le rocher de la table
Le Tarnon.
Le Tarnon est un cours d'eau trop mal connu. Né au pied de l'Aigoual, il se jette dans le Tarn après une trop courte existence.
Les badlands d'Ispagnac.
J'a-do-re les paysages secs et érodés. Comme dans les westerns. Les "arroyos" (lits de petites rivières temporaires), les strates de roches acérées qui émergent de la terre craquelée, tout ça.
Les baumes chaudes.
La grotte des baumes chaudes est un endroit étonnant. Dans cette grotte facile d'accès, située sur le rebord sud du Causse de Sauveterre près du célébrissimme "point sublime" des gorges du Tarn, ont été trouvés des dizaines de crânes préhistoriques trépanés datant d'il y a plusieurs milliers d'années
Les gorges du Tarn.
Les gorges... Deux entailles dans le calcaire, qui donnent au Causse Méjean son caractère d'île, isolée du reste du monde. Les gorges sont le trait d'originalité qui, par contraste, donne tout son sens aux immensités désertiques des Causses.
La vallée du Tarnon.
La vallée du Tarnon marque la bordure est du Causse Méjean.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages