Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Cévenne vivante
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Nouveau
Généralités
Vie
Gens
Coins
Balades
Récits
Art
Rubrique : La vie
Les coraux du Serre de Montgros, déposés sur la motte de terre sous laquelle je les ai trouvés
Un corail complet, avec sa base et son "inflorescence"
Détail d'un corail de Montgros

Notes sur l'aventure de la découverte du corail du Serre de Montgros

Un jour, alors que je redescendais du Serre de Montgros par le broussailleux versant ouest, il me prit une soudaine envie de pisser. Evénement de peu de portée, me rétorquerez-vous avec raison. Certes. Mais pourtant, dans cette affaire, tout alla différemment de ce qu'il aurait dû advenir, et c'est ainsi que les conséquences de ce fait prirent le développement que l'on leur connaît aujourd'hui. J'ai donc aujourd'hui décidé de parler, pour que les générations futures ne restent pas ignorantes de ce qui s'est passé ce jour là.

Or donc, seul au milieu de ce versant isolé, parfaitement caché aux regards des hommes, j'eus une réaction étonnante : au lieu de baisser culotte là, au milieu de rien, à l'endroit ou je me trouvais au moment où l'envie me saisit, il me prit le besoin farfelu de me déplacer légèrement vers l'amont de la pente, pour rechercher un hypothétique endroit "mieux". Car peut-être tout le monde ne le sait-il pas, mais il y a une gradation dans la qualité des endroits pour pisser. Aussi me mis-je ne quête de cet ailleurs meilleur. Je ne saurais dire pourquoi ces quelques mètres auraient dû m'amener vers un endroit "mieux", puisque tout endroit alentour était aussi embroussaillé que tout autre. Sans doute étais-je sensible à ce besoin que nous ressentons, nous les hommes, de pisser sur le bord du chemin, et non en plein milieu. De chemin, en l'occurrence, il n'y avait pas, mais ma trajectoire précédente avait, si l'on peut dire, tracé un chemin virtuel, et je ressentais le besoin de m'en éloigner. Je remontais donc de quelques mètres et aperçus bientôt, toutes racines dehors, la souche d'un arbre fraîchement tombé au sol. La motte terreuse, incongrument dressée à la verticale, me parut être un excellent support pour recevoir les quelques gouttes que je devais évacuer. Je m'exécute donc, et voilà-t-il pas qu'en faisant mon office j'aperçois du coin de l'oeil un caillou blanc qui émerge de ladite motte. Un caillou de calcaire, rien moins que banal, semblable aux milliers d'autres qui traînaient ça et là sous le soleil brulant de l'après-midi. Pas de quoi fouetter un chat. Il y avait pourtant, dans la forme même de ce caillou, quelque chose de subtil, d'indéfinissable, qui attira mon attention. Une sorte de... symétrie asymétrique, voyez-vous. Je me dis "Hmmm, et si la chose que voilà était un fossile ? Ce serait intéressant !".
Mais voyez vous,l'homme est un fainéant. Vous, je sais pas, mais moi, c'est comme ça. Et tout à mon rebraguettage, je me persuadais que l'objet que voilà était certainement un vulgaire caillou ordinaire auquel ma seule imagination donnait un autre sens. Toute ma curiosité s'évapora, et une flemme monstrueuse me prit. Sans prendre la peine de saisir le caillou en question, je repris mon chemin...
Je n'avais pas parcouru dix mètres que le remord commença à s'insinuer en moi... mais qu'est-ce que ça te coûtait de tendre la main pour saisir ce caillou ? T'es vraiment qu'un gros naze, tu va le regretter ! Décidé à ignorer ces voix intérieures je continuai ma descente d'un bon pas. Mais, vous savez ce que c'est, le remord... inéluctablement il pénètre vos tripes, fouaille vos certitudes les plus ancrées... Mon pas allait ralentissant... et bientôt je m'arrêtais tout à fait. Et c'est au petit trot que je remontais sur les lieux, tout en me traitant de crétin d'être aussi fleur bleue, bien sûr que c'est un simple caillou, qu'est-ce que tu espère ?
D'un geste vif j'arrachais mon caillou à sa gangue de terre sèche. Pfff... pas la moindre trace d'un quelconque exosquelette d'arthropode du jurassique, évidemment !
Juste un piquetage de terre humide, c'est tout. Oui, mais... un piquetage juste un peu trop régulier pour être le fruit du hasard. Gratouillis par ici, gratouillis par là... une structure polygonale se dessine peu à peu sous mes doigts maintenant fébriles...
Et voilà comment j'ai trouvé une station de coraux fossiles sur le serre de Montgros.

Fantastique aventure, n'est-ce pas ? La vie est vraiment trop ! Bon, maintenant si un géologue peut me renseigner un peu sur ce que j'ai trouvé exactement, ça donnera tout de même un peu de corps à cette histoire.
10/10/2007
La vie
A lire dans cette rubrique
La boite aux lettres de Grattegals.
Une boite postale, au milieu de presque rien
Assemblée commémorative à l'Hospitalet.
200 personnes sont rassemblée dans l'ombre des hêtres, au milieu des rochers ruiniformes. La foule massée au sommet des rochers ou au fond des trous ressemble à une mer houleuse.
Au fil des saisons.
Ce matin, le sommet du Mont Lozère était blanc. Juste un chapeau, à la lisière inférieure horizontale et bien marquée. La première neige. Elle a tardé un peu, cette année...
Construire un toit de bardeaux en Cévennes.
Cette fois, c'est avéré. Le toit de notre maison fuit ! Il y a quelques années, seules les pluies les plus fortes et les plus tenaces réussissaient à introduire quelques gouttes dans notre intérieur.
Cueillettes et autres petites pratiques rurales.
En Cévennes, on n'a pas le choix : il FAUT faire des cueillettes à l'automne !
De ma fenêtre....
Vues depuis ma fenêtre, au gré des jours, des saisons, des années...
Hiver de neige.
Hiver de neige en Cévennes
Ils partent.
Cette fois ça y est : ils partent. Les enfants quittent la maison. Définitivement.
Jeux d'enfants.
Les Cévennes ne sont exemptes ni de Gameboy ni de portables... les enfants y connaissent autant qu'ailleurs des sollicitations du monde moderne propres à énerver les parents qui trouvent "qu'ils ne savent plus s'amuser avec ce qu'ils ont", ou "qu'ils veulent toujours plus"...
L'écobuage.
L'écobuage est une pratique agricole consistant à bruler les végétations envahissantes pour nettyer les terrains.
L'épisode cévenol.
Dans la nuit, le vent est passé au sud, poussant vers les Cévennes un plafond de nuages lourds qui défilent devant la lune. Les arbres, les volets, les portes de la maison, tout a commencé à respirer sous l'influence du souffle tiède aux odeurs de mer et de garrigue.
La fête.
L'orchestre foutraque et improvisé qui a joué toute la soirée s'est peu à peu réduit. Ses membres, comme le reste de l'assemblée, ont progressivement gagné des lieux de repos... Me voilà seul à jouer encore.
La fleur parfaite.
Sous les assauts du printemps, le sous-bois est tiède, chargé d'effluves résineuses, percés de rais de lumière qui constellent le sol de taches claires.
Le cinéma associatif.
Comparatif du cinéma associatif en Cévennes et dans le Mercantour
Le tableau électrique.
Mon copain Steph, il a installé tout seul l'électricité de sa maison. C'est un crack ! Y'a qu'à voir le tableau électrique !
Les cabanes.
Les cabanes... sans doute une partie de la légende des Cévennes d'aujourd'hui
Les enfants et les chèvres.
Les enfants râlent, râlent. On veut ENCORE les emmener en balade. Eux, ils voudraient qu'on leur foute-la-paix !
Les fabuleuses aventures de Pioupiou en Cévennes.
Pioupiou est un jeune oiseau qui va prendre son envol pour la première fois. Suivez son apprentissage en direct
Notes sur l'aventure de la découverte du corail du Serre de Montgros.
La fantastique aventure scientifique de la découverte des coraux du Serre de Montgros, racontée minute après minute sur un rythme haletant
Organiser un chantier de copains, une journée chinoise.
Quelques conseils pour faire travailler un grand nombre de personnes sur un chantier.
Plongée à Baume Dolente.
17 février 2007. Deux plongeurs vont franchir le siphon de baume Dolente pour essayer de reconnaître les suites du réseau
Prospections spéléo.
Prospecter... voilà une activité qui se prète bien aux Cévennes, si tortueuses, si secrètes. Presque tout ce qui est intéressant et important commence par se cacher à la vue.
Quizz dans une cuisine cévenole.
Attention, regardez-bien la première photo ci-contre, et essayez de déterminer de quoi il s'agit. Si vous n'êtes pas sûr(e) de vous, cliquez dessus pour la voir en plus grand... Alors ?
Rat des villes, rat des champs.
Finalement, l'home est-il fait pour vivre à la ville, ou à la campagne ? En Cévennes, la faible densité de population fait prendre une acuité toute particulière à cette question.
Séance de balnéothérapie.
Souvenirs d'un surréaliste bal sous les flocons.
Sortir la tête.
Naître n'est jamais facile. J'en sais quelque chose : je suis moi-même né un jour. En Cévennes, cet événement prend une dimension particulière.
Une journée à Radio Bartas.
Une journée dans les locaux de la radio associative de Florac
Une semaine de jeûne.
Chronique de cinq jours de jeune en Cévenne
Venir vivre en Cévennes ?.
Quelques conseils pour ceux qui veulent vivre en Cévennes.
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages