Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Cévenne vivante
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Généralités
Vie
Gens
Coins
Balades
Récits
Art
Vue générale du site du château de Blanquefort, en approchant par le sentier qui monte depuis la route
Contre-plongee sous les murs du château de Blanquefort
L'un des murs du château de Blanquefort, à moitié pris dans la végétation
La grotte de Blanquefort
L'impressionnant pignon de calcaire qui abrite le château de Blanquefort
Les gorges du Tarn, depuis les ruines du château de Blanquefort

Le château de Blanquefort, repaire de brigands idéal

Pour une fois, je m'attelle ici à décrire une destination touristique tout à fait homologuée. Le château de Blanquefort dispose en effet de son étoile rouge sur la carte IGN au 25.000ème. Ceci atteste la présence d'un site remarquable, mais aussi probablement de son accessibilité en voiture ! Les Cévennes sont bourrées de lieux tout aussi étranges ou fascinants, mais hélas (ou plutôt heureusement) dépourvus d'accès simples, ce qui les met à l'abri de l'invasion et permet aux amoureux d'émotions silencieuses de trouver leur bonheur.

Toujours est-il que Blanquefort, tout pourvu qu'il soit d'un parking attitré et donc d'un flot de touristes durant la belle saison, mérite le détour. Etant ici à l'extrême limite occidentale de "mes Cévennes", je n'avais jamais entendu parler de cet endroit. C'est dans une drôle de circonstance que j'y vins : par une suite de hasards bizarres dont il sera peut-être question un autre jour dans ce site, j'avais été embauché deux jours par une maison de production cinéma pour faire du repérage de sites avant le tournage du film "Blanche". Je devais trouver "quelque chose" qui conviendrait pour faire office de planque pour une bande de brigands. Grâce à quelques coups de fils à des copains connaissant particulièrement bien les environs j'avais rapidement collecté une trentaine de références de sites à visiter. Me voilà donc parti sur les pistes des Cévennes avec mon appareil photo. Mon périple me mène dans les vallées schisteuses, au Mont-Lozère, et enfin sur le Causse Méjean dont j'entreprends méthodiquement le tour. L'arrivée sur Blanquefort se fait par une route qui se faufile entre les tours de calcaire dolomitique. Avant même que le château soit visible le site est déjà magnifique.

Une fois en vue, il n'est d'ailleurs pas terriblement impressionnant. Le terme de "château" paraît quelque peu exagéré : il s'agirait plutôt d'un vaste abri fortifié, vu la situation j'imagine volontiers un site de guet, chargé de surveiller les gorges. Il est par contre très bien construit. De toute évidence, la maçonnerie a été réalisée par des pros, et très soignée. Ca n'a pas empêché les murs de payer leur tribut au temps qui passe. Une partie des pierres a déjà repris le chemin des écoliers.

Immédiatement, je trouve fantastique l'idée de placer ici un repaire de brigands. L'ambiance est idéale : vue fabuleuse sur les gorges, coins et recoins divers, dissimulés par la végétation... En faisant le tour du piton rocheux, je découvre même l'entrée d'une grotte, qui pourrait être interprétée comme la sortie d'un souterrain... Dès qu'on lui donne un support, l'imagination fonctionne à plein ! Hélàs, l'accès à cette petite merveille est un vrai problème : 200 m de sentier escarpé ça n'est pas grand chose pour un touriste chargé de son seul appareil photo, mais pour une équipe cinéma c'est une autre affaire. Je ne vois guère où se gareraient les 20 camions de la caravane technique, ni comment le matériel pourrait être acheminé jusqu'aux ruines.

C'est donc uniquement pour le plaisir des yeux et avec moult avertissements concernant les difficultés logistiques que j'ai envoyé ces photos par mail à Paris au réalisateur du film. Comme de bien entendu il a immédiatement eu envie de situer son repaire de brigands ici même ! Son assistant, tout en me maudissant, a finalement réussi à le convaincre de s'installer ailleurs : le projet s'est finalement réalisé à la ferme de Paillasse sur le Mont Lozère.

Je n'ai pas vu le film, au dire de ceux qui l'ont vu il n'est pas terrible voire carrément nul... Moi, c'est pas pour, dire, hein, mais avec Blanquefort comme repaire de brigands il aurait fait un tabac, ça c'est sûr !

09/05/2008
L'aven des Corneilles Gargantua et compagnie ... Un peu de géomorphologie légendaire sur les Causses !
A lire dans cette rubrique
Gargantua et compagnie ... Un peu de géomorphologie légendaire sur les Causses !.
Pour ceux qui viennent de plats pays, les paysages tourmentés des causses et des gorges ne sont pas sans étonner, attirer ou parfois effrayer...
L'aven des Corneilles.
Pourquoi aller à l'aven des Corneilles ? Pourquoi là plutôt qu'à l'aven Armand, son illustre voisin ?
L'enceinte protohistorique de la Rode à Drigas.
L'enceinte protohistorique de la Rode est la plus belle des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'enceinte protohistorique de la Tourelle.
L'une des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
La balme de Fraissinet de Fourques.
La balme de Fraissinet de Fourques
La grotte bègue.
Une petite grotte à double entrée s'ouvre sur le bord du chemin, en haut du vallon du Bègue.
La grotte de Cros - Paillo.
Sous le chemin d'estive de Salgas, tout près de déboucher sur le causse, s'ouvre une belle grotte
La grotte de Nabrigas.
La grotte de Nabrigas
Le causse de Sauveterre.
Le causse de Sauveterre
Le causse Méjean, point culminant de la Terre à l'époque Protocambrienne.
Le Causse Méjean serait le relief résiduel d'un colossal sommet de 17000 mètres d'altitude.
Le château de Blanquefort, repaire de brigands idéal.
Pour une fois, je m'attelle ici à décrire une destination touristique tout à fait homologuée. Le château de Blanquefort dispose en effet de son étoile rouge sur la carte IGN au 25.000ème. Ceci atteste la présence d'un site remarquable, mais aussi probablement de son accessibilité en voiture !
Le chemin d'estive de Racoules.
Comme tous hameau de la vallée du Tarnon qui se respecte, Racoules a son chemin d'estive. Celui-ci est particulièrement impressionnant.
Le clapas-bergerie d'Espinard.
On dit que beaucoup de clapas ont été édifiés sur toutes sortes de choses intéressantes, comme par exemple des tumuli, ou des ruines diverses. Mais parfois, il est difficile de dire qui a recouvert quoi.
Le frère du guerrier, un tournage sur le Causse.
Le frère du guerrier est un film de Pierre Jolivet qui est sorti en 2002, et dont l'action se passe au XIIIème siècle sur le Causse de Sauveterre.
Le Mont Gargo.
Le Mont Gargo est le point culminant du Causse Méjean.
Le rocher de la table.
Le rocher de la table
Le Tarnon.
Le Tarnon est un cours d'eau trop mal connu. Né au pied de l'Aigoual, il se jette dans le Tarn après une trop courte existence.
Les badlands d'Ispagnac.
J'a-do-re les paysages secs et érodés. Comme dans les westerns. Les "arroyos" (lits de petites rivières temporaires), les strates de roches acérées qui émergent de la terre craquelée, tout ça.
Les baumes chaudes.
La grotte des baumes chaudes est un endroit étonnant. Dans cette grotte facile d'accès, située sur le rebord sud du Causse de Sauveterre près du célébrissimme "point sublime" des gorges du Tarn, ont été trouvés des dizaines de crânes préhistoriques trépanés datant d'il y a plusieurs milliers d'années
Les gorges du Tarn.
Les gorges... Deux entailles dans le calcaire, qui donnent au Causse Méjean son caractère d'île, isolée du reste du monde. Les gorges sont le trait d'originalité qui, par contraste, donne tout son sens aux immensités désertiques des Causses.
La vallée du Tarnon.
La vallée du Tarnon marque la bordure est du Causse Méjean.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages