Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Cévenne vivante
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Généralités
Vie
Gens
Coins
Balades
Récits
Art
Plan de l'abri préhistorique de l'aven des Corneilles

L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles

L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles est situé à une quinzaine de mètres sous la surface du sol. Pour l'atteindre il faut descendre une rampe assez raide. Avant de pénétrer sous la voûte, regarder à gauche, légèrement en arrière. Il se trouve là une petite salle presque circulaire de 5m x 8m. Elle a été occupée à diverses époques.

Au début du chalcolithique (vers -3000), le lieu a été occupé de manière saisonnière, probablement par des chasseurs de passage. Il en reste plusieurs petits foyers superposés contenant des reliefs de repas (boeuf, mouton, cerf et également ours brun et deux bouquetins).

A la fin du chalcolithique (vers -2200) le lieu a été occupé plus durablement. Près d'un millier d'objets de cette époque y ont été trouvés : une centaine de vases, des outils en bois de cerf ou en pierre taillée. Des restes de poteaux plantés au sol ont permis de reconstituer l'allure générale de la grotte, qui était partiellement fermée par une cloison de peaux pour protéger le lieu du froid.

La couche d'habitat la plus récente est la plus riche. Plus d'un millier d'objets bien en place, dont une centaine de vases et des outils en bois de Cerf et en pierre taillée, ont permis de dater précisément cette couche de la fin de l'Age du cuivre, bien qu'elle ne contienne aucune trace de ce métal. A partir des trous de poteaux, les archéologues ont pu reconstituer une cabane en matériaux périssables comportant :

  • une structure de poteaux calés par des pierres et des lattes transversales, et recouverte d'une toiture à pente unique
  • un cloisonnement, composé d'un assemblage de peaux qui devait isoler l'espace intérieur de l'humidité et du froid.

Le foyer reposait sur une sole circulaire, de 70 cm de diamètre environ, constituée par une épaisse couche de débris de vases et de dallettes calcaires. Tout autour un mélange d'esquilles d'os et de fragments de
céramique : le "coin-repas". Dans le reste de la surface une zone de préparation de la nourriture (four à griller les céréales, meules...), un "atelier" (bois de Cerf sectionnés), un lieu où l'on a cousu des vêtements ou des objets de peau (poinçons, siège...), au centre vraisemblablement le lieu de couchage.

Les déchets de nourriture permettent de cerner l'alimentation (Mouton, Boeuf, Cochon), provenant de l'élevage, complétée par les ressources de la chasse (Cerf, Chevreuil, Bouquetin, Ours brun, Castor, Lièvre, Lapin, Grand Tétras, Perdrix rouge, Pigeon ramier) et la pêche (Saumon) ou les coquillages (Moules d'eau douces). Les céréales cultivées (Blé et Orge) sont consommées grillées. On retrouve aussi des baies et des fruits sauvages. Crucial sur le plateau quasiment dépourvu de sources, où les troupeaux ne peuvent s'abreuver que dans des mares plus ou moins pérennes, le problème de l'eau est résolu par la collecte
des infiltrations qui suintent de la voûte, dans des vases ou des outres.

L'ensemble ne paraît concerner qu'un petit groupe de quatre ou cinq personnes qui ne séjournaient là, probablement, que quelques mois par an. Peut-être venaient-ils au printemps cultiver des céréales (Blé amidonnier, Orge à grain nu, Blé tendre) dans les dolines (creux argileux), passant l'été à proximité des champs puis s'abritant l'automne dans l'aven avant de regagner, au début de l'hiver, les zones plus clémentes des vallées.

Les vestiges recueillis appartiennent indubitablement à la culture du Groupe des Treilles mais la présence de céramiques carénée et ornées évoque très fortement la culture de Fontbouisse, installée dans le Languedoc, dont les formes et les décors ont été importés ou, du moins, ont inspiré les fabricants locaux de poterie témoignant de toute manière des échanges entre les populations.

(Info et dessin avh, p. 44)

09/05/2008
Le Mont Gargo L'aven des Corneilles
A lire dans cette rubrique
Gargantua et compagnie ... Un peu de géomorphologie légendaire sur les Causses !.
Pour ceux qui viennent de plats pays, les paysages tourmentés des causses et des gorges ne sont pas sans étonner, attirer ou parfois effrayer...
L'aven des Corneilles.
Pourquoi aller à l'aven des Corneilles ? Pourquoi là plutôt qu'à l'aven Armand, son illustre voisin ?
L'enceinte protohistorique de la Rode à Drigas.
L'enceinte protohistorique de la Rode est la plus belle des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'enceinte protohistorique de la Tourelle.
L'une des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles est situé à une quinzaine de mètres sous la surface du sol. Pour l'atteindre il faut descendre une rampe assez raide.]
La balme de Fraissinet de Fourques.
La balme de Fraissinet de Fourques
La grotte bègue.
Une petite grotte à double entrée s'ouvre sur le bord du chemin, en haut du vallon du Bègue.
La grotte de Cros - Paillo.
Sous le chemin d'estive de Salgas, tout près de déboucher sur le causse, s'ouvre une belle grotte
La grotte de Nabrigas.
La grotte de Nabrigas
Le causse de Sauveterre.
Le causse de Sauveterre
Le causse Méjean, point culminant de la Terre à l'époque Protocambrienne.
Le Causse Méjean serait le relief résiduel d'un colossal sommet de 17000 mètres d'altitude.
Le château de Blanquefort, repaire de brigands idéal.
Pour une fois, je m'attelle ici à décrire une destination touristique tout à fait homologuée. Le château de Blanquefort dispose en effet de son étoile rouge sur la carte IGN au 25.000ème. Ceci atteste la présence d'un site remarquable, mais aussi probablement de son accessibilité en voiture !
Le chemin d'estive de Racoules.
Comme tous hameau de la vallée du Tarnon qui se respecte, Racoules a son chemin d'estive. Celui-ci est particulièrement impressionnant.
Le clapas-bergerie d'Espinard.
On dit que beaucoup de clapas ont été édifiés sur toutes sortes de choses intéressantes, comme par exemple des tumuli, ou des ruines diverses. Mais parfois, il est difficile de dire qui a recouvert quoi.
Le frère du guerrier, un tournage sur le Causse.
Le frère du guerrier est un film de Pierre Jolivet qui est sorti en 2002, et dont l'action se passe au XIIIème siècle sur le Causse de Sauveterre.
Le Mont Gargo.
Le Mont Gargo est le point culminant du Causse Méjean.
Le rocher de la table.
Le rocher de la table
Le Tarnon.
Le Tarnon est un cours d'eau trop mal connu. Né au pied de l'Aigoual, il se jette dans le Tarn après une trop courte existence.
Les badlands d'Ispagnac.
J'a-do-re les paysages secs et érodés. Comme dans les westerns. Les "arroyos" (lits de petites rivières temporaires), les strates de roches acérées qui émergent de la terre craquelée, tout ça.
Les baumes chaudes.
La grotte des baumes chaudes est un endroit étonnant. Dans cette grotte facile d'accès, située sur le rebord sud du Causse de Sauveterre près du célébrissimme "point sublime" des gorges du Tarn, ont été trouvés des dizaines de crânes préhistoriques trépanés datant d'il y a plusieurs milliers d'années
Les gorges du Tarn.
Les gorges... Deux entailles dans le calcaire, qui donnent au Causse Méjean son caractère d'île, isolée du reste du monde. Les gorges sont le trait d'originalité qui, par contraste, donne tout son sens aux immensités désertiques des Causses.
La vallée du Tarnon.
La vallée du Tarnon marque la bordure est du Causse Méjean.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages