Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Cévenne vivante
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Généralités
Vie
Gens
Coins
Balades
Récits
Art
Rubrique : La vie

Sortir la tête

Naître n'est jamais facile. J'en sais quelque chose : je suis moi-même né un jour. En Cévennes, cet événement prend pourtant une dimension particulière, surtout si on considère le point de vue des parents. Suivons le cas d'un jeune couple cévenol innocent. Apprenant qu'ils sont enceints, ils commencent par par rêver pendant quelque jours : du bonheur à venir, de la famille qui va se construire. Puis émergent des questions plus pratiques, comme par exemple "Voyons, où allons-nous faire naître ce bébé ?". Alors, après un rapide tour d'horizon des possibilités, surprise : aucune maternité à moins d'une heure et demi de route. Diable, pas simple ça ! Cela fait beaucoup d'allers-retours en perspective sur les turbulentes petites routes cévenoles, pour aller à la rencontre d'une sage-femme, suivre l'évolution de cette affaire...  Avec un ventre qui ira s'arrondissant, des contractions peut-être sur la fin... pas bon, ça, pas bon ! Et puis, il y a autre inquiétude : ça ne sera pas un peu risqué, le jour J, de prendre la route ? Et si on n'arrive pas à temps ?

Autrefois, diront les nostalgiques, c'était plus simple : on allait toquer chez la vieille du coin, elle arrivait avec deux serviettes propres, mettait une bassine d'eau à bouillir sur le fourneau et zou, c'était géré vite fait bien fait, en famille. En plus la nouvelle maman pouvait retourner aux champs le lendemain ! Mais quelque part entre les deux guerres, cette pratique a commencé à décliner pour disparaître totalement vers les années 70. Ca n'était pas très grave, me direz-vous, car l'on ne naissait plus guère dans nos contrées. Les parturientes locales ont pris l'habitude de rejoindre les rares et lointaines maternités de Mende ou d'Alès, comme partout en France. Personne ne réfléchissait à procéder autrement. Trop compliqué, trop risqué.

Mais depuis quelques temps, un vent de renouveau souffle sur le nouveau-né en Cévennes. "Yen a marre d'être assujetti à la ville comme ça", se sont dit certains jeunes. "Ca se faisait ici autrefois, ça se fait toujours dans d'autres contrées, nous en sommes capables aussi, alors on va le faire : on va accoucher chez nous !" Ca n'est pas simple non plus, qu'est-ce que vous croyez ? Les vieilles voisines ont perdu la pratique, il faut faire appel à une sage-femme. Au début, lesdites sages femmes ne voulaient pas monter dans les montagnes cévenoles : trop loin, trop isolé en cas de problème. Bon an mal an, année après année, des solutions ont été cherchées, trouvées, mises en place. C'est maintenant possible. Toujours pas simple, voilà pourquoi la démarche ne s'est pas encore largement popularisée, mais possible.

D'ici qu'une maternité fasse son apparition au cœur des Cévennes (j'ai des doutes car l'évolution politique de notre beau pays ne va pas dans ce sens) ou qu'une horde de sage-femmes alternatives viennent fonder une guilde professionnelle à Florac, on continuera sans doute longtemps à se raconter des histoires d'accouchements improbables, mais habituelles dans ce drôle de pays. En voici deux, arrivées à des amis dans les années passées.

L et N attendent tranquillement le jour J dans la petite maisonnette en bois qu'ils se sont construite là-haut sur la crête. Il y a encore le temps. Sauf que... les choses se précipitent.  L'enfant arrive beaucoup plus vite que prévu. Voiture, piste, petite route, à peine quelques kilomètres plus loin, il faut se rendre à l'évidence : on ne tiendra pas jusqu'à Alès. Au village, on s'arrête en urgence devant chez un copain. Ce sera là ou rien ! On entre en trombe, sans frapper, sous les yeux du copain ébahi. On s'installe comme on peut, on prend vite fait des infos sur internet, histoire d'avoir au moins quelques éléments sur la manière dont il faut procéder. Pas le temps de peaufiner, c'est déjà fini. Tout bien comme il faut, dans une grande harmonie tranquille.

M et B attendent tranquillement le jour J... (j'abrège, c'est le même début que l'histoire précédente. Reprenons un peu plus loin) ... à peine quelques kilomètres plus loin, il faut se rendre à l'évidence : on ne tiendra pas jusqu'à Mende (attention, vous avez remarqué, les récits divergent, nous voilà partis vers Mende au lieu d'Alès). M et B aimeraient bien faire comme L et N, passer devant la maison d'un bon copain, chercher des infos sur internet histoire d'avoir au moins quelques éléments sur la manière dont il faut procéder. Sauf que M et B sont en plein désert, dans une grande côte qui monte vers le causse. Pas de maison, pas âme qui vive, encore moins de copains, et pour couronner le tout il pleut à seaux. Entre deux respirations haletantes, B crie à M qu'Il arrive, là, tout de suite. M arrête la voiture sur le bas côté, sort sous la pluie, ouvre la porte et accueille le bébé pendant que les voitures indifférentes passent en trombe devant la scène, aspergeant au passage voiture, passagers, bébé... Tout s'est parfaitement déroulé, dans une harmonie tranquille.

Les enfants de L, N, M et B vont bien, ce sont les jeunes cévenols d'aujourd'hui et de demain, avec, déjà, des histoires de vies singulières.

04/02/2012
Les cabanes Prospections spéléo
A lire dans cette rubrique
La boite aux lettres de Grattegals.
Une boite postale, au milieu de presque rien
Assemblée commémorative à l'Hospitalet.
200 personnes sont rassemblée dans l'ombre des hêtres, au milieu des rochers ruiniformes. La foule massée au sommet des rochers ou au fond des trous ressemble à une mer houleuse.
Au fil des saisons.
Ce matin, le sommet du Mont Lozère était blanc. Juste un chapeau, à la lisière inférieure horizontale et bien marquée. La première neige. Elle a tardé un peu, cette année...
Construire un toit de bardeaux en Cévennes.
Cette fois, c'est avéré. Le toit de notre maison fuit ! Il y a quelques années, seules les pluies les plus fortes et les plus tenaces réussissaient à introduire quelques gouttes dans notre intérieur.
Cueillettes et autres petites pratiques rurales.
En Cévennes, on n'a pas le choix : il FAUT faire des cueillettes à l'automne !
De ma fenêtre....
Vues depuis ma fenêtre, au gré des jours, des saisons, des années...
Hiver de neige.
Hiver de neige en Cévennes
Ils partent.
Cette fois ça y est : ils partent. Les enfants quittent la maison. Définitivement.
Jeux d'enfants.
Les Cévennes ne sont exemptes ni de Gameboy ni de portables... les enfants y connaissent autant qu'ailleurs des sollicitations du monde moderne propres à énerver les parents qui trouvent "qu'ils ne savent plus s'amuser avec ce qu'ils ont", ou "qu'ils veulent toujours plus"...
L'écobuage.
L'écobuage est une pratique agricole consistant à bruler les végétations envahissantes pour nettyer les terrains.
L'épisode cévenol.
Dans la nuit, le vent est passé au sud, poussant vers les Cévennes un plafond de nuages lourds qui défilent devant la lune. Les arbres, les volets, les portes de la maison, tout a commencé à respirer sous l'influence du souffle tiède aux odeurs de mer et de garrigue.
La fête.
L'orchestre foutraque et improvisé qui a joué toute la soirée s'est peu à peu réduit. Ses membres, comme le reste de l'assemblée, ont progressivement gagné des lieux de repos... Me voilà seul à jouer encore.
La fleur parfaite.
Sous les assauts du printemps, le sous-bois est tiède, chargé d'effluves résineuses, percés de rais de lumière qui constellent le sol de taches claires.
Le cinéma associatif.
Comparatif du cinéma associatif en Cévennes et dans le Mercantour
Le tableau électrique.
Mon copain Steph, il a installé tout seul l'électricité de sa maison. C'est un crack ! Y'a qu'à voir le tableau électrique !
Les cabanes.
Les cabanes... sans doute une partie de la légende des Cévennes d'aujourd'hui
Les enfants et les chèvres.
Les enfants râlent, râlent. On veut ENCORE les emmener en balade. Eux, ils voudraient qu'on leur foute-la-paix !
Les fabuleuses aventures de Pioupiou en Cévennes.
Pioupiou est un jeune oiseau qui va prendre son envol pour la première fois. Suivez son apprentissage en direct
Notes sur l'aventure de la découverte du corail du Serre de Montgros.
La fantastique aventure scientifique de la découverte des coraux du Serre de Montgros, racontée minute après minute sur un rythme haletant
Organiser un chantier de copains, une journée chinoise.
Quelques conseils pour faire travailler un grand nombre de personnes sur un chantier.
Plongée à Baume Dolente.
17 février 2007. Deux plongeurs vont franchir le siphon de baume Dolente pour essayer de reconnaître les suites du réseau
Prospections spéléo.
Prospecter... voilà une activité qui se prète bien aux Cévennes, si tortueuses, si secrètes. Presque tout ce qui est intéressant et important commence par se cacher à la vue.
Quizz dans une cuisine cévenole.
Attention, regardez-bien la première photo ci-contre, et essayez de déterminer de quoi il s'agit. Si vous n'êtes pas sûr(e) de vous, cliquez dessus pour la voir en plus grand... Alors ?
Rat des villes, rat des champs.
Finalement, l'home est-il fait pour vivre à la ville, ou à la campagne ? En Cévennes, la faible densité de population fait prendre une acuité toute particulière à cette question.
Séance de balnéothérapie.
Souvenirs d'un surréaliste bal sous les flocons.
Sortir la tête.
Naître n'est jamais facile. J'en sais quelque chose : je suis moi-même né un jour. En Cévennes, cet événement prend une dimension particulière.
Une journée à Radio Bartas.
Une journée dans les locaux de la radio associative de Florac
Une semaine de jeûne.
Chronique de cinq jours de jeune en Cévenne
Venir vivre en Cévennes ?.
Quelques conseils pour ceux qui veulent vivre en Cévennes.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages