La grotte des fées de Bassurels

A son extrémité sud, la can de l’Hospitalet se termine de manière abrupte au dessus de la vallée Borgne. Une longue falaise domine la commune de Bassurels et le hameau de Cripsoules, face aux premières pentes de l’Aigoual. C’est un site magnifique, dominant et venté, plein de beauté et de force, qui porte le nom de Puech Vendut. Quelque part au pied de cette falaise, cachée par les buis foisonnants, se cache la baume des fées, ou grotte des fées.

Les falaises de Puech vendut, depuis le Causset. la grotte des fées est au pied de la falaise inférieure

D’un point de vue spéléologique, c’est une cavité d’intérêt relativement modeste. Un premier porche, accessible par deux ouvertures, forme un volume confortable, assez spacieux pour accueillir 6 ou 7 personnes assises ou debout. Une galerie part du fond du porche vers le nord, perpendiculairement à la falaise. Après un court virage, la galerie aboutit dans une petite salle assez haute de plafond (une dizaine de mètres). On peut y voir quelques concrétions, sous forme de draperies, ce sont les seules.

L’entrée de la grotte des fées, enfouie sous le buis

De cet endroit partent deux étroites galeries : l’une vers le haut, l’autre vers le bas. Les deux « queutent » rapidement. Celle du haut laisse entrevoir, après quelques mètres d’étroiture, un élargissement qui pourrait être à nouveau praticable. Des traces de forage permettent de comprendre que des spéléos ont entrepris d’élargir le passage à l’explosif avant d’abandonner le projet. La galerie du bas descend d’environ 2 mètres, sur 7 à 8 mètres de long, et queute sur une étroiture. Elle est remplie de cailloux de quelques centimètres de diamètre dont l’homogénéïté fait penser à un apport artificiel… Voilà pour la description physique des lieux. Guère de quoi occuper un spéléologue plus d’un quart d’heure.

L’antichambre de la grotte des fées, vue de l’entrée principale

Mais la grotte mérite l’intérêt pour d’autres raisons. Elle a été officiellement signalée pour la première fois en 1933 par le spéléologue Robert de Joly, mais elle a toujours été connue et fréquentée par les habitants des environs. C’est dans les années 50 que quelques enfants des alentours, venus y abriter leurs après-midi de jeux, trouvent par hasard des ossements qui dépassent ici et là. Ils ramènent leurs trouvailles, qui sont comme souvent dans la région attribuées à des camisards. Deux jeunes garçons curieux de la région entendent parler de la chose. Ils fouillent l’entrée de la grotte, et en extraient d’autres ossements dont deux crânes féminins (est-ce de cette découverte que date la dénomination de « fées » donnée à la grotte ?), ainsi que quelques silex parmi lesquels une belle pointe de flèche, et des vases en terre grossière. Ils portent l’ensemble de leur découverte à la société des amis des sciences de Nîmes. Les ossements, examinés par le docteur Ely, d’Avignon, ont révélé un sujet dolichocéphale d’entre 20 et 30 ans, et un sujet très brachycéphale âgé de 20 ans (voir la fiche descriptive de ces deux crânes, attention c’est technique mais ça ne manque pas d’un certain style de poésie surannée). L’ensemble est daté sans ambiguïté de l’âge du fer ou un peu avant. La grotte des fées est donc une grotte dite « sépulcrale » (c’est à dire ayant servi de sépulture) d’origine proto ou préhistorique. Sachant qu’à quelques centaines de mètres au sud-est se trouve le cap barré du Causset, site d’habitats datant également de l’âge du fer, l’hypothèse arrive naturellement : Enterrait-on ici les morts de là-bas ?

La sortie principale de la baume des fées. La zone fouillée dans laquelle ont été trouvés les squelettes humains apparaît au premier plan.

Trouver la baume des fées sans indications est difficile. J’ai moi-même eu besoin de plusieurs tentatives pour y parvenir, à une époque où, il est vrai, les buis en cachaient encore totalement l’entrée. Il serait donc inconvenant que vous-même la trouviez trop facilement, aussi ne vous en donnerais-je pas les coordonnées précises. Je préfère vous proposer un jeu de piste. Voici la règle : rejoignez le point côté 1050 du Puech Vendut (ouvrez votre carte IGN). Repérez, au fond de la vallée, le magnifique « Chateau du Poujol » sur son promontoire. Puis commencez à marcher vers l’est en suivant le rebord du plateau. Après quelques dizaines de mètres, la modification de perspective va amener un épaulement de schiste devant le château. Lorsque la moitié inférieure droite du bâtiment  aura disparu, arrêtez-vous. Vous êtes au plus proche de la grotte. Il vous faut maintenant descendre d’une trentaine de mètres de dénivelé, tout droit dans la pente. A deux reprises vous devrez mettre les mains. Cherchez sur la gauche.

Draperies dans la grotte des fées

Deux petites précisions pour terminer. Tout d’abord, la grotte des fées accueille des chauves-souris. Il faut absolument éviter d’y aller en hiver et au début du printemps… N’oubliez pas non plus que vous êtes sur les terres des agriculteurs de l’exploitation des Crottes. Respect et discrétion sont de rigueur.

A noter, à proximité immédiate de la grotte des fées, la présence d’une autre grotte présentant le même genre de topographie. Fermée par un petit éboulement de terrain, elle a été découverte en 2006. C’est la grotte des sorcières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *