Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Etre musicien
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Composer, arranger
Travailler
Jouer en groupe
L'administratif
La promo
Etre pro

Une petite animation

Le VVF local propose chaque semaine des petites animations à ses vacanciers. Il y faut des prestations à la fois populaires et qui fassent si possible participer les gens.  C'est en général des soirées simples et sympa, les gens sont là pour s'amuser, ils sont faciles à bouger. 

Je suis contacté quelques semaines avant la date de la soirée par la directrice qui pense à un duo de musique méditerranéenne dont je fais partie pour assurer l'animation. Mais il y a un problème de sous : le duo coûte 400 € alors que le budget disponible n'est que de 200 € (ce qui est très peu, soit dit en passant !).

Comme la conjoncture n'est pas à refuser des cachets, si petits soient-ils, je décide d'essayer de monter quelque chose avec deux copains non professionnels, ce qui baissera sensiblement le coût et permettra de jouer à ce tarif. Après accord de la directrice je collecte une trentaine de partitions que je fais passer à Louise et Jean-Seb avec pour mission... d'y jeter un coup d'oeil avant ! Je ne suis pas inquiet, ce sont des déchiffreurs de première catégorie, mais une telle démarche ne serait pas possible à tout le monde.

Nous voici donc au jour J. Pour avoir le temps de répéter un peu avant la soirée (ce sera notre seule répet', autant ne pas la rater) nous avons décidé de nous donner rendez-vous assez tôt. Je commence à faire le point du matériel vers 15 heures. Pour une fois, il n'y a pas énormément de choses : sonoriser 3 personnes reste assez léger : une petite table de mixage, quelques micros et c'est emballé.

A 16 heures j'arrive au VVF, qui est endormi sous la canicule. Personne en vue. Je commence à décharger seul, quelques minutes après je suis rejoint par Louise puis Jean-Seb. Quelle ponctualité, l'équipe au complet à l'heure dite c'est extrèmement rare.

Nous nous installons dans l'angle d'une salle qui est ouverte sur l'extérieur. Chacun sait ce qu'il a à faire, on y va tranquillement, conscients d'avoir le temps. La directrice arrive bientôt, et nous signale que des bières sont au frigo pour nous. Bien !

Vers 17 heures 30 tout est branché. Nous faisons quelques essais de son, tout marche bien, décidément, à 3 c'est léger, léger... 18h00, c'est prêt. Reste... à voir si la musique suivra.

On s'installe 3 chaises en rond au beau milieu de la salle, et on commence à passer en revue les partoches. Je connais déjà la plupart des morceaux, contrairement à mes collègues, on décide donc assez classiquement que pour la majorité d'entre eux je commencerai seul pour qu'ils aient l'occasion d'entendre une fois le thème avant de se lancer. Après... ce sera à dieu va. On alternera les chorus au feeling, parfois on jouera tous ensemble, parfois on supprimera les mélodies et on installera des ambiances rythmiques, avec possibilité pour chacun d'entre nous de faire quelques petits solos. Autant de choses que permet une toute petite formation comme celle-là.

De temps à autres, un vacancier passe, et, intrigué par la musique, s'approche et nous observe à la dérobée depuis l'angle de la salle. Certains s'approchent un peu et écoutent ouvertement, 2 ou 3 viennent à nous pour nous questionner sur ce qui va se passer dans la soirée. On a besoin de travailler tranquille et ce genre d'intervention, d'une certaine manière, nous dérange, mais dans le même temps on sent les gens intéressés, et ce n'est pas désagréable d'entamer quelques mots de conversation. Et puis, probablement que ça fait aussi partie de notre boulot.

Il ne nous faut guère plus d'une heure et demi pour faire le tour des partitions et décider que ça devrait aller. Il est 20 heures, il reste une heure pour manger. La table est mise pour nous par l'équipe du VVF à l'ombre des grands arbres du parc, les saucisses grillent sur le barbecue tout proche, on cause tranquillement, tout est parfait.

21h00. Les gens commencent à se rassembler autour de la salle. On se met en place, et on envoie sans commentaires un morceau d'inspiration balkanique. Timides applaudissements mais il y a maintenant une centaine de personnes, comme toujours positionnés derrière une invisible ligne qui laisse une trop vaste zone vide devant nous.

C'est là qu'il faut commencer à "animer", proposer aux gens des danses, les inviter à "y aller"... Ca c'est un peu plus de mon ressort que de celui de 

La soirée se passera bien, les gens participent aux danses sans se faire prier... A minuit, il est temps d'arrêter. Pas mal de gens sont déjà partis, il reste une trentaine de personnes assises le long des murs, ils semblent écouter avec plaisir mais on sent qu'il ne sera plus possible de les faire danser.

On termine en acoustique, en venant jouer tout près d'eux sans micros. Tout de suite, c'est plus chaleureux, plus interactif. Les gens rient, nous parlent directement. Trois chansons et c'est fini. Les gens se lèvent, nous disent merci, certains restent à discuter par petits groupes tandis que nous commençons à démonter la sono.

Minuit 30, tout est plié. Une dernière bière échangée avec Louise et Jean-Seb dans le silence de la salle redevenue déserte, et on se sépare. Je suis au lit à 1 heure du mat'.

Voilà, ça c'est l'exemple d'une soirée mal payée, mais sympa comme tout, avec un public content de nous avoir, un petit "challenge" réussi (jouer sans avoir répété), et une journée pas trop fatigante (10 heures d'affilée entre 15 heures et 1 heure du mat).

25/05/2009
Témoignages Un marathon
A lire dans cette rubrique
Un marathon.
Cette fois, c'est un assez gros coup. Nous sommes engagés, avec un copain, pour faire la musique dans une nuit du conte.
Une petite animation.
Petit bal dans un VVF
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages