Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Cévenne vivante
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Nouveau
Généralités
Vie
Gens
Coins
Balades
Récits
Art
Rubrique : La vie

Rat des villes, rat des champs

Novembre 2005. Les banlieues françaises flambent. Chaque matin, un étrange décompte nous est proposé aux informations : celui des voitures brûlées dans la nuit, un peu partout dans le pays. Il y a quelques jours c'était 100, puis 500, puis 1000. Et ça dure... Les jeunes se révoltent, crient leur colère. Certains s'amusent aussi sans doute, les plus petits suivent les plus grands...

Peu à peu, je comprends que la situation est sérieuse. Et puis, il y a ce sentiment bizarre, dérangeant : tout cela m'est étranger. Ici, rien de tout cela n'arrive. La vie continue comme avant. Les voitures restent sur leurs roues, et les nuits dans les rues de Florac s'écoulent tranquilles. Ce qui est vrai dans les banlieues ne l'est pas ici. Du moins pas totalement. Les problèmes existent. Ici aussi, des jeunes sont désoeuvrés. Ici aussi, de la drogue essaie de circuler à la sortie du collège. Ici aussi les relations entre les forces de l'ordre et la population sont parfois teintées de méfiance et de peur. Ici aussi des familles sont désargentées, des adultes sans travail, des chemins de vie emprunts de détresses humaines.
Alors, pourquoi ce sentiment qu'ici, tout cela est moins grave ? Je ne prétends pas avoir la solution, tout cela est si complexe. Mais il se semble voir au moins deux raisons fondamentales à cet état de fait.

En Cévennes, nos grandes villes sont petites, nos petites villes sont minuscules, et nos villages sont réduits à quelques maisons, dont beaucoup sont inoccupées. Ces quelques traces de vie humaine sont dispersées dans un territoire immense et presque vide. Nous voici donc peu d'humains au kilomètre carré. Et c'est ce qui fait la première différence. Parce que quand on est peu, on se connaît mieux. Il est plus difficile d'être complètement abandonné ou ignoré par son voisin. Il est plus difficile de brûler une voiture sans que tout le monde sache quel est le responsable, voire sans que quelqu'un n'intervienne pour empêcher la chose de se faire, parce qu'il connaît la personne, ou qu'il n'en a pas peur...

Quand on est moins les uns sur les autres, l'intimité et la tranquillité sont des valeurs acquises, les concurrences ne disparaissent pas mais elles se font moins vives. Il n'y a pas assez de monde pour faire des bandes rivales, alors on reste ensemble... Pas assez de monde pour cultiver toute la terre car il y a trop d'espace à entretenir pour un seul homme. Pas assez de monde pour être en concurrence sur le travail, le marché manque déjà de bras...

Pourquoi, comment a t-on pu laisser, des décennies durant, des êtres humains s'amonceler à ce point dans des banlieues si petites, concentrant de la sorte tous les problèmes normaux d'une société pour en faire un bouillon de culture propre à faire germer la violence ? Et comment a-t-on pu, en parallèle, abandonner la majeure partie du territoire, sous peine qu'il est moins rentable d'y faire des investissements ?

En Cévennes, les Hommes ont pourtant été beaucoup plus nombreux autrefois, mais ils sont partis. Parce que la vie était trop difficile, en comparaison de la facilité de la ville. Parce que le travail était là-bas. Et la logique du vide s'est enclenchée : moins de gens, moins de services : moins d'écoles, moins de commerces, moins d'hôpitaux, moins de transports en communs, pas d'infrastructure de loisirs, internet et le réseau de téléphonie mobile qui restent souvent à la porte de la vallée... les humains que le pays pouvait accueillir hier, il ne le peut même plus aujourd'hui. Quelque chose s'est brisé, par négligence de la part des pouvoirs publics qui ont pensé l'aménagement du territoire autrement, et maintenant, pour qui ne souhaite pas trop changer son mode de vie, la vie serait impossible ici.

Et pourtant... si toutes les zones rurales accueillaient une population à la hauteur de la place qu'elles offrent, avec leur lot de familles en difficulté, d'immigrés pas (encore) très bien intégrés et autres gens "à problème" comme les considèrent depuis des décennies beaucoup d'équipes gouvernementales, et encore plus la dernière en date, je suis prêt à parier qu'il y aurait moins de problèmes ailleurs, et pas tellement plus ici. L'idée n'est pas très confortable pour les gens comme moi qui ont choisi de vivre en Cévennes pour (entre autres avantages) être au calme, mais je ne vois pas bien comment faire autrement à long terme, avant que tout ne saute...

Mais il y a autre chose. A la question classique que se posent deux personnes qui commencent à faire connaissance "Et toi, qu'est-ce que tu fais dans la vie", beaucoup de jeunes répondent ici "Euh... je vis !". J'ai été souvent déconcerté par cette réponse dans les premières années de mon arrivée en Cévennes, mais aujourd'hui je comprends parfaitement ce que cela veut dire. La traduction développée de cette courte réponse pourrait ressembler à :
"Je me construits un habitat (selon les cas : une yourte, une cabane, je restaure une clède...) à pas cher mais je fais tout moi même, j'ai un potager qui m'apporte la quasi-totalité de ce dont j'ai besoin pour manger, je fabrique un ou deux produits que je vends sur le marché ou au noir pour entrer un petit peu de sous, complétés ou pas par le RMI, je donne le coup de main à deux ou trois copains dans l'année en échange d'autres coups de main, parfois je touche un peu de sous à cette occasion... voilà, je fais tout ça tranquillement, ça m'occupe entre un mi-temps et un plein temps, et le reste du temps je profite de la vie. Je rencontre des gens, je lis, je fais la fête, je me promène..."

Dans le monde normal, une réponse de ce type est vite interprétée : on a affaire à un SDF, pas de travail, pas de stabilité, la misère, la chute vers le néant. Il va falloir faire intervenir ATD quart-monde, les restaus du coeur... Parce que, dans la société française, le statut social est une donnée fondamentale pour évaluer la réussite d'une personne. Il faut faire les études les plus performantes possibles pour avoir le plus de chance de trouver un travail, et si on ne trouve pas de travail on n'est rien. Ici, j'ai rencontré beaucoup de gens qui "vivent", sans contrat, sans salaire, à la débrouille, mais pour lesquels ce n'est pas un problème, presque une fierté. Dans toutes les étapes d'apprentissage de la vie, à la maison, à l'école, il y peut-être un travail à faire sur la notion de qualité de vie, peut-être même de sens de la vie, pour comprendre que sans un travail officiel on peut continuer à exister, à avancer, à être utile à autrui, et à construire son propre bonheur. En Cévennes, il me semble rencontrer pas mal de gens qui ont cette conscience, et c'est peut-être la seconde raison pour laquelle il y a moins de problèmes ici que dans les banlieues...

Construisons nos villes à la campagne. Evidemment c'est une blague. Mais il va tout de même falloir apprendre à partager. D'abord avec les jeunes des banlieues, qui nous donneront l'occasion de nous exercer à petite échelle avant d'ouvrir la démarche à l'ensemble des gens qui n'ont pas les conditions pour vivre heureux sur l'ensemble de la planète.
26/01/2008
La vie Organiser un chantier de copains, une journée chinoise
A lire dans cette rubrique
La boite aux lettres de Grattegals.
Une boite postale, au milieu de presque rien
Assemblée commémorative à l'Hospitalet.
200 personnes sont rassemblée dans l'ombre des hêtres, au milieu des rochers ruiniformes. La foule massée au sommet des rochers ou au fond des trous ressemble à une mer houleuse.
Au fil des saisons.
Ce matin, le sommet du Mont Lozère était blanc. Juste un chapeau, à la lisière inférieure horizontale et bien marquée. La première neige. Elle a tardé un peu, cette année...
Construire un toit de bardeaux en Cévennes.
Cette fois, c'est avéré. Le toit de notre maison fuit ! Il y a quelques années, seules les pluies les plus fortes et les plus tenaces réussissaient à introduire quelques gouttes dans notre intérieur.
Cueillettes et autres petites pratiques rurales.
En Cévennes, on n'a pas le choix : il FAUT faire des cueillettes à l'automne !
De ma fenêtre....
Vues depuis ma fenêtre, au gré des jours, des saisons, des années...
Hiver de neige.
Hiver de neige en Cévennes
Ils partent.
Cette fois ça y est : ils partent. Les enfants quittent la maison. Définitivement.
Jeux d'enfants.
Les Cévennes ne sont exemptes ni de Gameboy ni de portables... les enfants y connaissent autant qu'ailleurs des sollicitations du monde moderne propres à énerver les parents qui trouvent "qu'ils ne savent plus s'amuser avec ce qu'ils ont", ou "qu'ils veulent toujours plus"...
L'écobuage.
L'écobuage est une pratique agricole consistant à bruler les végétations envahissantes pour nettyer les terrains.
L'épisode cévenol.
Dans la nuit, le vent est passé au sud, poussant vers les Cévennes un plafond de nuages lourds qui défilent devant la lune. Les arbres, les volets, les portes de la maison, tout a commencé à respirer sous l'influence du souffle tiède aux odeurs de mer et de garrigue.
La fête.
L'orchestre foutraque et improvisé qui a joué toute la soirée s'est peu à peu réduit. Ses membres, comme le reste de l'assemblée, ont progressivement gagné des lieux de repos... Me voilà seul à jouer encore.
La fleur parfaite.
Sous les assauts du printemps, le sous-bois est tiède, chargé d'effluves résineuses, percés de rais de lumière qui constellent le sol de taches claires.
Le cinéma associatif.
Comparatif du cinéma associatif en Cévennes et dans le Mercantour
Le tableau électrique.
Mon copain Steph, il a installé tout seul l'électricité de sa maison. C'est un crack ! Y'a qu'à voir le tableau électrique !
Les cabanes.
Les cabanes... sans doute une partie de la légende des Cévennes d'aujourd'hui
Les enfants et les chèvres.
Les enfants râlent, râlent. On veut ENCORE les emmener en balade. Eux, ils voudraient qu'on leur foute-la-paix !
Les fabuleuses aventures de Pioupiou en Cévennes.
Pioupiou est un jeune oiseau qui va prendre son envol pour la première fois. Suivez son apprentissage en direct
Notes sur l'aventure de la découverte du corail du Serre de Montgros.
La fantastique aventure scientifique de la découverte des coraux du Serre de Montgros, racontée minute après minute sur un rythme haletant
Organiser un chantier de copains, une journée chinoise.
Quelques conseils pour faire travailler un grand nombre de personnes sur un chantier.
Plongée à Baume Dolente.
17 février 2007. Deux plongeurs vont franchir le siphon de baume Dolente pour essayer de reconnaître les suites du réseau
Prospections spéléo.
Prospecter... voilà une activité qui se prète bien aux Cévennes, si tortueuses, si secrètes. Presque tout ce qui est intéressant et important commence par se cacher à la vue.
Quizz dans une cuisine cévenole.
Attention, regardez-bien la première photo ci-contre, et essayez de déterminer de quoi il s'agit. Si vous n'êtes pas sûr(e) de vous, cliquez dessus pour la voir en plus grand... Alors ?
Rat des villes, rat des champs.
Finalement, l'home est-il fait pour vivre à la ville, ou à la campagne ? En Cévennes, la faible densité de population fait prendre une acuité toute particulière à cette question.
Séance de balnéothérapie.
Souvenirs d'un surréaliste bal sous les flocons.
Sortir la tête.
Naître n'est jamais facile. J'en sais quelque chose : je suis moi-même né un jour. En Cévennes, cet événement prend une dimension particulière.
Une journée à Radio Bartas.
Une journée dans les locaux de la radio associative de Florac
Une semaine de jeûne.
Chronique de cinq jours de jeune en Cévenne
Venir vivre en Cévennes ?.
Quelques conseils pour ceux qui veulent vivre en Cévennes.
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages