Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Etre musicien
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Composer, arranger
Travailler
Jouer en groupe
L'administratif
La promo
Etre pro

Les répétitions de mise en place

L'objectifs des répétitions de mise en place est de "rôder" l'interprétation d'un morceau lorsque sa structure a été définie (par exemple lors d'une répétition de création précédente). Il est bien entendu qu'avant cette répétition, chaque membre du groupe a réécouté la structure du morceau et a travaillé ses propres parties, surtout si elles sont un peu techniques.

Durant ces répétitions, il n'y a en principe pas de création à faire, vous pourrez donc tourner plus de morceaux que dans une répet de création (3, 4, voir 5 morceaux en deux heures de répet).

Quelques conseils pour les répets de mise en place

  • Commencez par jouer une fois le morceau tel que vous l'avez élaboré durant la phase de création. Repérez tous les endroits qui semblent foireux.
  • Travaillez ensuite chacun de ces passages séparément, aussi longtemps que nécessaire.
  • Recollez ensuite les passages pour rejouer le morceau dans sa totalité.
  • Caricaturez les détails d'interprétation (nuances, pêches, breaks, etc...). Les "forte" doivent être hyper forts, les piano doivent être très très piano, les breaks doivent être nickels, sans qu'une seule note ne "dépasse" dans le silence, etc... Ca fera un peu bizarre peut-être, mais lorsque vous jouerez devant un public, il y a fort à parier que vous n'aurez pas autant de capacités à bien jouer, et ce que vous aurez caricaturé en répet perdra beaucoup de dynamique... Qui peut le plus peut le moins.
  • Prenez l'habitude, pour un morceau donné, de laisser toujours la même personne donner le départ. Cela évitera beaucoup de flottements durant les répétitions mais aussi sur scène. Idéalement, chaque morceau devrait être lancé par une personne unique, par exemple la personne qui commence, s'il y en a une, sinon le percussionniste ou le batteur, mais il n'y a pas de règle obligatoire.
  • Lorsque vous êtes en phase de mise en place, travaillez vos morceaux par passages. Découpez le morceau en tranches courtes, et bouclez chaque passage aussi longtemps que nécessaire pour acquérir parfaitement tous les détails d'interprétation. Efforcez-vous de découper chaque passage en une unité logique, qui puisse boucler sur lui-même sans rupture de rythme, même si ça nécessite un tout petit aménagement du passage en question. Il sera parfois nécessaire de boucler des passages extrêmement court (par exemple... une mesure !). Travaillez aussi séparément les transitions entre différentes parties, en prenant quelques mesures avant seulement, et en bouclant. Histoire de mémoriser au fond de vous même ce qui se passe lors de cette transition.
  • Soyez impitoyables sur ce que vous entendez. Si c'est faux, si le tempo flotte, si des hésitations se font sentir, exprimez tout ça et retravaillez-le. Le danger, durant les répets de mise en place, est de se laisser aller au simple plaisir de jouer : la création est terminée, le morceau nous plaît, on le joue, c'est déjà super... oui, mais si vous n'êtes pas précis, le morceau ne sera jamais au top, et il est quasi certain qu'il va se dégrader avec le temps s'il n'est pas totalement et parfaitement acquis par tous.
  • Si la mise en place n'avance plus, enregistrez, laissez tomber et reprenez lors d'une répet ultérieure. Entre temps, réécoutez l'enregistrement et essayez de mémoriser l'arrangement. Ca vous permettra, durant la répet suivante, de mieux anticiper ce qui va se passer "après" le moment présent, et de mieux marquer les différents aspect de l'arrangement.
  • Sans tout remettre toujours en question, il est souvent nécessaire, lors d'une répet de mise en place, de retravailler un peu l'orchestration, voire la composition, car c'est au moment où l'on commence à bien jouer le morceau que l'on se rend réellement compte s'il est bien foutu ou non. Ca donne parfois l'impression d'un retour en arrière, mais ça permet aussi souvent de débloquer quelque chose qui n'avançait plus, alors pas d'hésitation. ceci dit, à un moment donné il faut savoir arrêter !

Le travail de l'écoute collective

Comment faire pour arriver à vraiment jouer "ensemble", qui "suivre" si la rythmique se perd, comment se rattraper en cas de dérapage total. Voilà quelques questions récurrentes chez les groupes débutants. Francis précise même par un exemple : "Cas typique: la chanteuse chante, elle dérape un peu, c'est pas grave, avec ma guitare, j'adapte et je rétablis pour la suivre. Du coup la batterie est désynchronisée..."

Encore une question difficile... personnellement je ne lui connais aucune solution, alors voici en vrac quelques réflexions sans lien entre elles ni recettes miracle. Si la cohésion rythmique globale du groupe se perd à un moment, c'est d'après moi un problème d'écoute : chacun est dans son instrument, dans sa partie, mais pas suffisamment dans l'écoute du son global produit par le groupe.

Chez un groupe qui a un petit peu de métier, les occasions d'erreurs restent très nombreuses (oubli d'une partie, d'une reprise, fausse note, etc...), mais la plantade rythmique collective devient un cas de figure de plus en plus rare car l'écoute individuelle et collective est acquise.

Comment acquérir cette écoute ? A vrai dire je n'ai aucun conseil à donner. C'est quelque chose qui se construit avec le temps. Je ne sais pas s'il y a des méthodes pour accélérer le processus, mais même sans méthode, le simple fait de porter attention à la musique d'ensemble, d'essayer en permanence d'entendre où on se situe soi-même par rapport à l'ensemble, suffit pour progresser...

Certes il y a des choses qui aident. S'il y a, dans le groupe, une section rythmique "puissante", et en particulier des percussions (batterie ou autre), c'est certain qu'elles portent une grande responsabilité dans le soutien rythmique des morceaux, et particulièrement en cas d'erreur. Il faut donc apprendre à les écouter en toute circonstance. Mais un batteur peut déraper lui aussi, et doit aussi être capable d'écouter l'ensemble du groupe pour rester dans les rails... il ne faut donc pas lui faire une confiance aveugle.

Si quelqu'un "dérape", comme la chanteuse de Francis, il est à priori peu pertinent de la suivre dans cette plantade : ça voudrait dire qu'en quelques quelques fractions de secondes le groupe va devoir faire un saut rythmique pour se remettre en accord. Mais on n'est jamais certain que tout le monde a perçu le problème, et même si c'est le cas, la solution adoptée par chacun peut être différente de celle du voisin : certains se rattraperont sur la mesure suivante, d'autres reprendront au début de la phrase musicale suivante... tout ça devrait se jouer en un temps très court, c'est quasiment infaisable... J'aurais donc tendance à dire que si un instrument s'égare, les autres conservent le cap, maintiennent la structure coûte que coûte... Le voyageur finira bien par s'apercevoir de quelque chose, s'arrêter et reprendre son souffle... il est rarement gênant qu'un instrument s'arrête de jouer quelques instants : si c'est fait avec délicatesse, et qu'il reprend à un endroit pertinent un peu plus tard, ça passera dans la plupart des cas pour une effet d'arrangement...

Euh, voilà, je crois que c'est tout pour le moment. Bon travail ensemble !

25/05/2009
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages