Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Etre musicien
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Composer, arranger
Travailler
Jouer en groupe
L'administratif
La promo
Etre pro
Rubrique : Etre pro > Devenir pro

Pour quel projet ?

L'une des questions récurrentes du musicien professionnel est la suivante : comment gagner suffisamment d'argent pour vivre de cette passion ? La réponse n'est pas simple, pour plusieurs raisons. Il y a des projets musicaux qui sont éclatants, mais qui ne rapportent rien. Il y en a d'autres qui sont un peu ennuyeux, ou qui ne correspondent pas bien à ce qu'on aime vraiment, mais qui rapportent plus. Mis à part le cas de figure du musicien ultra doué, à qui toutes les portes s'ouvrent sans qu'il ait d'effort à faire, il va donc falloir être un peu organisé, et effectuer un savant mélange de projets d'éclate, et de projets un peu plus "alimentaires". Quels peuvent être ces projets ?

Créer des groupes ou s'intégrer à des groupes existants

Le "groupe", ou l'orchestre, dans ma pratique personnelle c'est le côté "éclate". A plusieurs on peut faire une musique plus diversifiée, plus riche, plus contrastée... que tout seul. Par contre, "vendre" un groupe coûte cher. Les organisateurs de spectacles ne sont pas toujours riches, et les riches (scènes conventionnées, réseaux de production...) ont une fâcheuse tendance à préférer programmer des trucs connus...

Je conseille à tout musicien professionnel de faire partie d'un ou plusieurs groupes, pour l'ouverture et l'éclate que ça apporte. Cela permet aussi de faire des cachets, mais dans la plupart des cas relativement peu, alors il faudra trouver autre chose en complément.

Proposer des prestations tout seul, ou en effectif très réduit

A côté des "gros" groupes (4, 5, 6 personnes) je pense qu'il est très important d'avoir à proposer quelque chose seul, ou en effectif réduit à l'extrême (2 personnes, par exemple). Parce que ça coûte beaucoup moins cher, et que si ça correspond à quelque chose de les gens aiment, ça sera forcément plus facilement programmé. Parce que ça permet de répondre à de plus petites demandes, comme par exemple dans des tous petits lieux de spectacles, dans lesquels un groupe plus gros serait disproportionné. Mais aussi parce que se produire seul ou à 2, ça exige beaucoup de précision, d'attention, de présence... et que c'est donc très formateur.

Que faire tout seul ou à deux ? Il y a plein de possibilités

  • soit une version réduite et simplifiée de ce que vous faites en groupe, si c'est votre style de prédilection. Ca sera alors quelque chose d'original par sa légèreté
  • soit carrément autre chose, un style que vous appréciez par ailleurs mais qui ne correspond pas à ce que vous jouez en groupe : de la chanson, des beaux instrumentaux calmes, du spectacle déjanté si c'est votre trip...
  • soit un mode de spectacle plus interactif, facilité par le fait d'être seul, proche des gens, voire au milieu d'eux...

Chacun doit chercher sa voie, identifier ses richesses personnelles et travailler à mieux les mettre en valeur, identifier ses limites et travailler à les faire reculer...

Participer à des projets ponctuels

Indépendamment du travail au sein d'un ou plusieurs groupes permanents, il est toujours possible et souhaitable de participer à des projets ponctuels, c'est à dire des projets artistiques qui se montent pour une durée déterminée, et pour lesquelles il y a besoin de musiciens. Ce sont par exemple des spectacles de danse, des concerts uniques sur une occasion particulière, etc...

Les projets ponctuels sont généralement assez énergivores : il faut préparer (voire créer) de la musique pour peu voire une seule occasion de la présenter; Beaucoup de travail pour un salaire souvent en dessous de la réalité de l'importance du travail qui a été nécessaire. Mais les projets ponctuels permettent aussi de travailler dans d'autres cadres que d'habitude, de rencontrer d'autres musiciens, voire des artistes d'autres spécialités... et ça c'est toujours une grande richesse, ça permet de se renouveler, de continuer à avancer...

Dès lors qu'on a un peu tourné dans les milieux musicaux, qu'on est identifié comme musicien, on peut être sollicité sur des projets de ce genre. Il n'est pas non plus interdit de se tenir à l'affût, d'essayer de regarder autour de soi qui pourrait avoir besoin des services ponctuels d'un musicien...

Enseigner

L'enseignement de la musique est un complément presque naturel de la pratique de la musique vivante professionnelle. Enseigner sert non seulement à transmettre, mais aussi à avancer soi-même, car pour enseigner il faut comprendre ce qu'on fait, et souvent en cherchant à comprendre on améliore son jeu...

On peut enseigner un instrument, certes, mais aussi la musique d'ensemble, la création, et plein d 'autres trucs encore, à chacun de voir ce qu'il maîtrise...

Mais enseigner et jouer ne vont pas parfaitement de pair. Enseigner c'est crevant, c'est souvent des heures dispersées dans la semaine qui bloquent les agendas, et c'est aussi un statut administratif qui vient partiellement en contradiction avec le statut d'intermittent du spectacle (on ne peut pas se faire payer les heures d'enseignement en cachets, sauf 55 heures par an seulement). Enfin, enseigner me paraît difficile, voire impossible, si on n'aime pas ça.

Il me semble donc que l'enseignement restera un complément.

Créer de la musique pour les autres

C'est une voie un peu différente. Si vous avez des facilités à créer (écrire de la musique, des paroles...) sachez que ce n'est pas donné à tout le monde. Vous pouvez très bien valoriser ce don en essayant de faire jouer ces choses à d'autres. La question se posera alors de la manière dont vous pourrez en tirer quelques subsides pour continuer à chanter tout l'été. La manière la plus simple consiste à déclarer vos oeuvres à la SACEM, ce qui vous permettra de toucher un peu de sous lorsqu'elles seront jouées en public. Mais il faudra atteindre un gros volume d'oeuvres jouées pour espérer en vivre. Peut-être faudra-t-il pour cela faire un gros travail de relations publiques, faire connaissance avec des musiciens, des groupes, les écouter, essayer de faire "coller" vos compos à leur style, etc...

Etre musicien de studio ou d'orchestre

C'est un domaine que je ne connais pas personnellement. Il consiste à se "vendre" sur projet : pour assurer une partie instrumentale dans un enregistrement de CD, ou dans un orchestre (classique par exemple). Il me semble que ce secteur est réservé aux musiciens qui ont un haut niveau technique (ce qui n'est pas mon cas !), donc généralement ceux qui ont suivi des cursus musicaux pointus et longs.

Mais rien n'est jamais acquis

"Si tu n'avances pas, tu recules". Adage à mon avis très adapté au métier de musicien. Car une fois tout ça mis en place (les groupes, les projets ponctuels), sachez que, en tant que musicien professionnel, vous ne pourrez jamais vous reposer.

  • Si vous jouez tout le temps le même répertoire, le groupe va stagner, être moins demandé, la motivation va s'effilocher.
  • Certains groupes ou projets vont tomber d'eux même (départ d'un musicien vers d'autres horizons, mésentente...)
  • Ce qui plait aujourd'hui (au public ou à vous) ne plaira pas forcément demain.
  • Avec le temps vous voudrez des cachets plus importants, et vous serez moins pris car des petits jeunes amateurs surdoués et beaucoup moins cher vont vous piquer la place...

Bref : pour toutes ces raisons, des groupes et des projets se casseront la gueule, et il faudra en recréer d'autres, faire évoluer les styles, etc...

Mais, malgré toute votre vigilance, il se peut, il est possible qu'un jour il n'y ait plus adéquation entre vos aspirations, votre pêche, cotre inspiration, et une demande d'un public et d'organisateurs, et que, malgré tout, vous soyez contraints de quitter le professionnalisme. C'est une alternative qu'il ne faut pas refuser de voir quand on est musicien professionnel...

25/05/2009
Devenir pro Pour quel instrument ?
A lire dans cette rubrique
Devenir pro, année après année.
Les premières années de la carrière de musicien professionnel : témoignage
Faire le pas.
"Faire le pas", et devenir musicien professionnel est sans doute très différent d'un milieu musical à l'autre.
Pour quel instrument ?.
Est-on mieux armé pour être musicien pro si on joue d'un instrument ou d'un autre ? Vaste question
Pour quel projet ?.
L'une des questions récurrentes du musicien professionnel est la suivante : comment gagner suffisamment d'argent pour vivre de cette passion ?
Quelles études faire ?.
"Quelles études dois-je faire pour devenir musicien pro ?". Voilà une question souvent posée, encore une dont la réponse ne peut pas être simple tant les situations et projets de chacun sont différents.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages