Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesExpand Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesExpand Sources
Bonjour,
Je suis en train de transférer ce site vers une plateforme plus moderne. Ca va durer quelques mois. La page que vous avez demandé est encore affichée ici (ci-dessous) mais elle existe déjà sur le nouveau site, vous pouvez y accéder en cliquant sur le lien ci-dessous.
A tout de suite là-bas

http://www.reveeveille.net/cevennevivante/wordpress/?p=750





Marc
Le "pseudo-oppidum" de la can de Ventajols

L'oppidum de Ventajols

Au point côté 972, non loin de la crête qui monte de Ventajols, la can de Balazuègnes se termine par une petite excroissance parfaitement plane, sur laquelle il est censé y avoir eu un oppidum gallo romain. L'information se transmet oralement de garde du Parc National en agriculteur, d'agriculteur en promeneur, sans que son origine soit clairement identifiée ni, à ma connaissance, qu'aucun spécialiste n'ait jamais attesté ce qui n'est donc qu'une hypothèse... même si certains y croient dur comme fer !

Les oppida situés sur ce type de site, en extrémité de plateau, s'appellent des cap-barrés. Ils sont nombreux sur le causse, et il y en a au moins un attesté sur la can, le cap-barré du Causset.

Par certains aspects, le site semble approprié : situation surplombante, vue magnifique, espace pratique pour construire, rebords rocheux raides facilitant la défense... Mais d'autres aspects contredisent plutôt cette hypothèse. A ma connaissance, la source la plus proche est située cent cinquante mètre de dénivelée plus bas, ce qui n'est pas un inconvénient mineur... Par ailleurs, la fameuse petite falaise qui entoure le plateau ne fait que quelques mètres de haut, et elle est entrecoupée de nombreux couloirs herbeux qui permettent de la franchir facilement. A vrai dire, elle ne mérite pas l'appellation de falaise ! Il suffit d'aller jeter un oeil aux cap-barrés avérés dans les environs, par exemple le cap barré du Causset, pour comprendre : ils sont bordés d'une falaise d'au moins 10 mètres de haut, totalement verticale et continue !

Enfin, dernier détail qui tue : le principe même du cap barré est d'être... barré, justement, par un mur robuste, qui fait entre 2 et 4 mètres de large. Même écroulé depuis longtemps, une telle construction laisse des traces dans le paysage, un clapas linéaire ou au moins un talus. Rien de tel ici.

Sans l'affirmer bien sûr car il faudrait avoir des éléments plus précis, ma conviction est qu'il n'y a pas eu de cap barré ici... juste des envies de cap barré.
16/10/2018
18/06/2008
La meule abandonnée de la can de Balazuègne Nuit blanche à Ventajols
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages