Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Démocratie participative
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil

Conclusions

En guise d’évaluation

La méthode qui est présentée ici, semble complètement « calée ». Pourtant sa mise en œuvre ne va pas d’elle même. Certains aspects roulent tout seuls, mais nous avons déjà pu identifier un certain nombre de limites (il y en a sûrement d’autres).

Ce qui fonctionne bien

L’information, la réflexion collective

Ce qui est difficile

Les votes

Récupérer et exploiter toute la matière qui ressort des différentes étapes. Il y a beaucoup de pertes. Mais la culture, n’est-ce pas ce qui reste lorsque l’on a tout oublié.

L’application de ces méthodes nécessite beaucoup de discipline de la part des participants, c’est une habitude qui se prend avec le temps mais n’est pas évidente au début.

Chaque processus décisionnel est un cas particulier. Il reste beaucoup de travail à faire pour adapter les principes généraux énoncés ici au processus à mener.

Cette méthode, en ouvrant grand les portes de la participation, rend inévitables les moments de « flou » qui apparaissent typiquement lorsque les participants souhaitent mener le débat dans des directions que les organisateurs n’avaient pas prévu. La renégociation d’un horaire, d’un programme, sont forcément destabilisants. Il y a de nombreux moments durant lesquels on ne sait immédiatement comment procéder…

Ce qui enthousiasme les personnes

D’être mis à contribution pour animer le processus décisionnel.

D’être écoutés et de constater que tout le monde écoute.

Ce qui leur demande un effort particulier

Apprendre à se taire, à écouter.

Apprendre à synthétiser

Apprendre à prendre en compte un avis différent

Accepter une certaine prise de pouvoir momentanée sur la forme

Les limites de la méthode

Le temps très long nécessaire pour la faire accepter et mettre en œuvre de manière naturelle par un groupe.

 

Les stratégies d'acteurs. Il me semble que si la DP (pour aller plus vite!) est si difficile à mettre en place, c'est précisément à cause de ces confrontations de stratégies de groupes et d'individus.

 

Cette méthode nécessite un certain « feeling » de la part des personnes qui la mènent. On est là dans le comportement humain, et tout le monde n’y est pas à l’aise. Une ou quelques personnes devront prendre les devants durant quelques temps, puis peu à peu, au fil des réunions, les participants se formeront, les choses deviendront plus faciles.

 

Son ressenti, globalement positif auprès des participants, se teint parfois d’une certaine frustration (les temps de discussion peuvent être interrompus…). Il semblerait aussi que la rigueur mise en œuvre nuise à la convivialité générale. Comme si une réunion sans méthode, qui tourne à la foire d’empoigne, favorisait aussi, dans les moments informels, une plus forte envie d’être bien ensemble. Probablement nous reste t-il quelques gènes gaulois, qui nous font apprécier les joyeuses bagarres générales à la fin desquelles tout le village finit par faire la fête. A réfléchir…

Quelques pistes pour continuer la réflexion

Ce sur quoi nous aura ouvert ce travail : contacts avec d‘autres structures, nouvelles interrogations, perspectives… ???

Un doute…

La démocratie participative est elle réellement efficace à faire évoluer un groupe à très long terme ? Elle n’empêche pas certaines personnes d’avoir beaucoup plus de pouvoir que d’autres, par simple aura personnelle. Par l’atmosphère d’écoute et de respect qu’elle contribue à mettre en place, elle ne facilite pas totalement la remise en question des valeurs et pratiques préétablies…

La démocratie participative n’est elle qu’un ralentisseur de sclérose au sein des organisations ?

13/05/2012
La démocratie participative : principes généraux
A lire dans cette rubrique
Introduction.
Bien souvent dans le fonctionnement de nos organisations, l’attention est portée sur les décisions prises ou à prendre, et pas sur le processus qui y mène.
Différentes façons d’envisager la conduite des affaires collectives : les systèmes politiques.
La démocratie participative : principes généraux.
La démocratie participative : principes généraux
Conclusions.
La méthode qui est présentée ici, semble complètement « calée ». Pourtant sa mise en œuvre ne va pas d’elle même.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages