Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Démocratie participative
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Skip Navigation Links
Accueil

La démocratie participative : principes généraux

Tentative de définition

Risquons nous à proposer une définition. Elle est sans prétention, et nous gardons à l’esprit que la notion est ouverte et évolutive.

La démocratie participative est un système politique qui nécessite et favorise une implication importante du maximum de membres d’un groupe dans les processus décisionnels le concernant. Ce système privilégie la recherche du consensus et la prise en compte du maximum de paramètres comme outil de décision.

C’est dans les limites de cette définition qu’il faut aller chercher la richesse et la subtilité du concept. Derrière chaque mot se cache un pan de réflexion pour l’avenir. Voici quelques questionnements parmi d’autres :

Le groupe : il ne peut y avoir de démocratie participative sans un groupe qui se reconnaît comme tel. Il est donc forcément rassemblé par « quelque chose », qui crée une « communauté ». Ce peut être un territoire (celui de la commune ou du bateau), un intérêt ou un besoin, une action, une envie de partage ou d’échange, une culture, une même fonction, une histoire, une origine, etc… Ce groupe peut exister sous la forme d’une association, d’un groupe de travail, d’une entreprise, d’une nation… Un ensemble de personnes constitue un groupe à partir du moment où le besoin de « faire ensemble » nécessite une organisation des rapports entre les membres. C’est cette organisation des rapports qui constitue le système politique, et qui peut éventuellement prendre la forme de la démocratie participative.

L’implication dans les processus décisionnels peut se faire à différents niveaux, selon les souhaits, compétences ou disponibilités des personnes. Certaines personnes seront plutôt force de propositions concrètes, d’autres préfèreront élaborer des orientations générales, d’autres encore se retrouveront mieux dans les processus de prise de décision proprement dits, d’autres enfin se contenteront de donner leurs avis et préférences sur des propositions faites par d’autres… mais toutes ces personnes ont conscience de faire partie d’un même groupe, de le constituer.

Le maximum de participants : Une démocratie participative « idéale », si tant est qu’elle puisse exister, reposerait probablement sur une implication totale du groupe concerné, c’est à dire que tous les membres du groupe participent spontanément, et à tous les niveaux des processus décisionnels (on rejoint alors la démocratie directe). Si ce cas de figure ne peut être facilement envisagé dans les grands groupes, il reste néanmoins important que les portes restent grandes ouvertes à tous ceux qui souhaitent participer, et que les règles du jeu soient claires. Tout avis, proposition, demande… doit pouvoir être entendu à un niveau ou à un autre, même si c’est un sous groupe dûment mandaté pour le faire (généralement composé d’élus) qui  formalise la décision finale.

Les « processus décisionnels concernant le groupe » prennent ici une définition très large. Il peut s’agir de décisions sur le mode d’organisation et de fonctionnement même du groupe, sur les actions menées, sur la définition des objectifs du groupe, sur les relations entre le groupe et d’autres groupes, etc…

La recherche du consensus : il sera très rarement possible d’obtenir le consensus (cas dans lequel tout le monde est d’accord) dans le groupe. L’idée même peut dans certains cas être suspecte car elle laisse à penser que la diversité au sein du groupe, des opinions (des opinions, des modes de fonctionnement individuels…) n’est pas respectée. Il s’agit donc bien d’être à la recherche d’un consensus, en essayant de retenir ce qui rassemble sans pour autant gommer les aspects contradictoires. Le consensus est donc un principe intéressant à avoir en tête, tout en s’autorisant à ne pas l’atteindre quand ce n’est pas possible.

La notion de groupe

Décrire tous les types de groupes :

familles.

Etc…

Un système politique qui répond à un besoin social nouveau

??? réorganiser tout ça, rerédiger

Les organisation de la société civile actuelles (alter-mondialistes, ONG, collectifs inter-associatifs…) réclament tous des modes de fonctionnement décisionnel différents. Plus de transparence, des ouvertures au peuple pour les prises de décision, etc…

En quoi c’est un mode de fonctionnement pertinent pour nos réseaux associatifs, se référent à des valeurs (dire lesquelles), et cohérent / nos objectifs et finalités (préciser lesquelles)

en quoi ça peut-être un objectif pour nos réseaux associatifs militants : notre objet n’est pas que l’EE, c’est aussi de développer les valeurs et les modes de fonctionnement liés à la démocratie participative dans la société (partenariat, gestion de projet…)

On le voit, la démocratie participative induit un changement culturel dans la façon de participer, c’est une attitude active et non pas passive (consommatrice). Ce n’est pas non plus de la revendication, ni de la négociation. C’est une démarche pleinement responsable. Elle demande un engagement personnel.

C’est donc une notion très liée à celle de citoyenneté : un fonctionnement en démocratie participative ne sera possible qu’avec un fort niveau de citoyenneté chez les membres du groupe, mais inversement un fonctionnement en démocratie participative engendrera plus de citoyenneté chez les membres du groupe.

La démocratie participative est-elle la panacée ?

Non

Dans une famille les enfants n’ont pas le niveau de responsabilité nécessaire.

???

Un système politique qui ne va pas de soi

Le fonctionnement en démocratie participative que nous essayons de mettre en pratique dans nos organisations cherche à s’affranchir des réponses de type représentatif (qui consistent à remettre son pouvoir décisionnel à un autre), ou hiérarchiques... En élargissant les cercles de participation, en ouvrant les débats, il introduit nécessairement des notions de durée, de complexité… qui sont en apparente contradiction avec les impératifs d’efficacité auxquels doit souvent répondre une décision.

Mettre en oeuvre la démocratie participative ne va donc pas de soi, et ne vient pas spontanément, ni de la part d’un groupe, ni même de la part des individus qui le composent. Il faut forcément y consacrer du temps, des moyens… La démocratie ça coûte cher mais moins que les places de prison !

L’idée que nous allons développer au cours de cet ouvrage est que mettre en oeuvre la démocratie participative au sein d’un groupe nécessite :

·        Une organisation et un fonctionnement spécifique. Ce sujet est développé dans ???

·        Des méthodes de travail appropriées, régies par des règles connues, respectées et définies collectivement.

Comparaison de la démocratie participative avec quelques autres modes de gouvernance

Système politique

Caractéristiques

Avantages

Inconvénients

Systèmes non démocratiques

Organisation très hiérarchique.

Une personne ou un petit groupe décide pour tout le monde

Il n’y  pas d’appropriation pu projet social

Facilité et rapidité à prendre des décisions

Faculté à fonctionner en période de crise.

Confusion entre bien être collectif et bien être de quelques-uns.

Pas de respect des désirs et besoins des membres du groupe.

Engendre souvent de la violence pour mettre en œuvre de force les décisions prises.

Fabrique des exclus.

Démocratie représentative

Organisation hiérarchique. Processus décisionnels courts, reposant sur un petit nombre de personnes.

Appropriation du projet social faible

Efficacité à court terme

Bonne réactivité

Meilleure lisibilité des décisions prises

Les décisions prises ne sont pas toujours appropriées par les acteurs concernés

Démobilisation possible à long terme

Tous les facteurs ne sont pas forcément pris en compte

Difficulté de prise en compte des minorités

Démocratie participative

Organisation peu hiérarchique.

Processus décisionnels longs, reposant sur un grand nombre de personnes.

Appropriation du projet social

Solidité des décisions prises

Respect des personnes.

Responsabilisation des personnes

Efficacité à long terme : le groupe s’étoffe, devient plus efficace

Efficacité à court terme pas toujours excellente

Difficulté à réagir aux urgences dans de bonnes conditions

Processus parfois longs et coûteux en énergie

Démocratie directe

Organisation non hiérarchique. Processus décisionnels de durée indéterminée, reposant sur tous les membres du groupe

Appropriation du projet social..

Respect des personnes. Solidité des décisions prises.

Difficile à mettre en œuvre dans les grands groupes.

Nécessite beaucoup d’astreinte.

La notion d’urgence n’est pas gérée.

 

C’est probablement dans l’association de plusieurs familles de gouvernance que se trouvent les solutions les plus souples et adaptées. Certains processus décisionnels sont particulièrement intéressants à mener en démocratie participative, voire en démocratie directe, d’autres aspects peuvent être délégués avec profit à des instances décisionnelles plus réduites.

En démocratie participative comme dans d’autres systèmes politiques, passé une certaine taille et une certaine complexité des organisations, selon l’urgence et les enjeux des décisions à prendre, il y a besoin d’instances décisionnelles de taille réduite. Il est donc indispensable d’y introduire une certaine dose de fonctionnement représentatif, mais c’est la confiance, et le respect de cette confiance, acquis entre les personnes par une pratique de la démocratie participative, qui le permettent.

13/05/2012
Différentes façons d’envisager la conduite des affaires collectives : les systèmes politiques Conclusions
A lire dans cette rubrique
Introduction.
Bien souvent dans le fonctionnement de nos organisations, l’attention est portée sur les décisions prises ou à prendre, et pas sur le processus qui y mène.
Différentes façons d’envisager la conduite des affaires collectives : les systèmes politiques.
La démocratie participative : principes généraux.
La démocratie participative : principes généraux
Conclusions.
La méthode qui est présentée ici, semble complètement « calée ». Pourtant sa mise en œuvre ne va pas d’elle même.
Skip Navigation Links
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages